Chronique de Queen's Park

March 25, 2019

Récemment, je devais me préparer pour un projet spécial de rénovation à la maison. Sachant qu'un tel projet prendrait beaucoup de temps, je ne pourrais pas le faire par moi-même en raison de mon horaire chargé. J’avoue que je ne savais pas vraiment par où commencer, alors il fallait que j'engage quelqu'un. Je me suis demandé: comment savoir qui engager? Puis, à l'improviste, la réponse m’est venue à l'esprit alors que j’étais à mon bureau de Queen's Park.

 

Qui devrais-je embaucher pour travailler sur ma voiture? Qui voudrais-je comme médecin? Qui voudrais-je comme enseignant pour mes fils? Qui ai-je engagé pour travailler dans mes bureaux? La réponse à toutes ces questions est assez simple. Dans chaque cas, je voulais embaucher quelqu'un qui sait ce qu’il fait et qui le fait bien. Ça m’est venu en tête parce que c’est aussi la cause de beaucoup de nos problèmes politiques ici, en Ontario.

 

Depuis l'automne dernier, il semble que les compressions budgétaires et les changements drastiques aux programmes et politiques ontariennes ne font que s’accumuler. Pendant la campagne, Doug Ford répétait sans cesse qu’il ordonnerait à ses ministres de se serrer la ceinture et trouver au moins 4 cents d’épargne sur chaque dollar dépensé. Eh bien, trouver ces 4 cents pourrait sembler si petit que l’effet serait négligeable. Mais ce n’est pas vraiment le montant des coupes qui fait le plus mal, mais bien l’endroit où on force les coupures. La clé ici serait de s'assurer que les gens qui prennent ces décisions savent combien ils coupent. Mais plus important encore, que ces gens comprennent et qu’ils se soucient vraiment de la façon dont ils vont affecter la vie de ceux qu'ils sont élus pour représenter.

 

Prenons, par exemple, le programme du gouvernement visant à augmenter la taille des classes et à éliminer jusqu'à 10 000 positons d’enseignants.  Ils ont annoncé qu’ils augmenteront la taille limite moyenne des classes par environ un élève à partir de la quatrième année, et 6 élèves de plus pour les classes au secondaire.  Ils forceront donc les étudiants à prendre un cours par année en ligne à la maison, avec aucun support direct d’un enseignant. Et en plus de cela, il semble que l'avenir des classes de jardin d’enfants à temps plein soit aussi incertain. Est-ce que quelqu'un pense réellement que le fait d'avoir plus d'élèves recevant moins d’attention individuelle d'un enseignant améliorera réellement l'éducation globale de leur enfant? Je vous demande si un éducateur professionnel proposerait de tels changements?

 

En gardant le dossier de l’éducation à l’esprit, ils ont aussi mis fin au programme de la bourse du carbone de l’Ontario. 16 milliards de dollars provenant de ce fonds allaient servir aux réparations des écoles à travers la province. Doug Ford empêche donc la réparation de toits qui coulent, de fenêtres brisées et de changement de tuyaux contaminés au plomb. Est-ce que cela ressemble à une décision prise par quelqu'un qui aime et se soucie de l'avenir et du bien-être de nos enfants?

 

Plus tôt cette année, les Conservateurs de Ford ont annoncé qu'ils mettaient fin aux frais de scolarité postsecondaires « gratuits », annulaient le délai de grâce de six mois pour le remboursement des prêts et laissaient les étudiants se désengager de certaines cotisations pour leur association étudiante. Trop de jeunes Ontariens se débattent sous le poids de leurs dettes. Avec ces changements, la vie des étudiants ne fera qu’empirer. Ford a pris la décision de démarrer le chronomètre beaucoup plus tôt en matière de prêts aux étudiants. Vivre sous le fardeau de la dette empêche les gens de se développer rapidement.

 

Le gouvernement Ford n'a pas non plus pris de mesures pour aider les enfants et les familles de la Première Nation de Cat Lake, qui est en état d’urgence depuis le 16 janvier 2019. Les maisons dans la communauté sont pratiquement inhabitables. La plupart des enfants de la communauté sont couverts de plaies et d’éruptions cutanées, et ne peuvent même pas avoir accès aux soins médicaux, même si c’est un droit humain. Le décès d'une résidente a été directement attribué à la présence de moisissures chez elle. Les Ontariens s'attendent à ce que leur gouvernement traite tous les Ontariens comme des êtres humains et offre son aide en cas de besoin, surtout en cas d'état d'urgence. Mais les Conservateurs de Ford ont choisi de garder les bras croisés.

 

Ici, chez nous, des infirmières, des techniciens et des postes de soins pratiques ont perdu leurs postes à Horizon Santé-Nord, depuis que les Conservateurs ont formé le gouvernement. Ces coupes ont déjà affecté l'accès aux mammographies à Sudbury et aux cliniques offrant des fauteuils roulants adaptés.  Maintenant, les Conservateurs admettent que plusieurs postes seront perdus avec la fermeture de 14 RLISS, puisque les services seront amalgamés dans une méga bureaucratie de la santé.  Est-ce qu’un professionnel de la santé croirait que c’est la meilleure façon d’aider des patients?

 

Lorsque la population de l’Ontario votera, elle cherchera à « embaucher » quelqu'un à qui confier le bien-être de toute la province. Ils cherchent à « embaucher » quelqu'un qui se soucie de ce qu'il fait et pour qui il le fait. Comme chaque nouvelle recrue, ils recherchent une personne dont le travail est visible et responsable. Ils ne sont pas intéressés à engager ceux qui travaillent en secret dans les coulisses ou qui « s’arrangent » entre eux, juste avec une poignée de main.

 

Les Ontariens méritent mieux que cela. Nous méritons un gouvernement qui s'efforcera de remplacer le cynisme des deux dernières décennies par de l'espoir et de la confiance. Nous méritons un gouvernement qui place les gens au cœur de toutes ses décisions.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou si vous avez des questions concernant toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha

Député d’Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload