Chronique de Queen's Park

April 15, 2019

Nous avons tous entendu la phrase suivante à plusieurs reprises: « Il faut un village pour élever un enfant ». Certains attribuent l'origine aux tribus Igbo et Yoruba en Afrique, tandis que d'autres disent qu'elle a été transmise par les enseignements autochtones d'Amérique du Nord. Quelle que soit l'origine, peu de gens nieraient cette déclaration. Ceux d'entre nous qui ont des enfants peuvent facilement attester du fait que nos enfants ne tiennent pas toujours leurs parents au mot. Nous avons une forte influence - espérons-le - mais nos enfants apprennent aussi par l'interaction avec les autres et par l'observation et en prenant d'autres personnes qui font partie de leurs cercles de vie et de leurs expériences comme modèles.

 

En outre, sur le plan pédagogique, il est bien établi que le meilleur moyen d'encourager l'apprentissage consiste à faire des commentaires positifs et à faire l'éloge. Tout bon enseignant du niveau primaire sait que pour inciter toute une classe à suivre l'exemple d'un élève en particulier, il suffit de dire quelque chose comme: « J’aime vraiment la façon dont Sarah pose ses mains sur son clavier » ou « John, j'aime vraiment la façon dont tu places tes bottes dans le couloir après la récréation. »

 

Au cours des neuf derniers mois, Doug Ford a attaqué l’éducation publique temps et temps encore. Il a annulé 100 millions de dollars en réparations critiques lorsque des écoles sont littéralement en ruine à travers la province. Il a coupé 25 millions de dollars des programmes d'éducation qui permettaient de placer les jeunes et les familles sur la bonne voie. Il met les élèves à risque en ramenant le programme d'éducation sexuelle au siècle précédent.

 

Et maintenant, Doug Ford supprime les limites de taille des classes, enlève 1 milliard de dollars du financement pour l’éducation et retire 10 000 enseignants et éducateurs des salles de classe de nos enfants. Les lecteurs se souviendront peut-être qu’il y a quelques semaines, j’ai déclaré que malgré mon absence de diplôme en sociologie ou en économie, je peux affirmer avec une certitude absolue que l’engagement général d’un pays en faveur de l’éducation publique et de sa prestation est un facteur déterminant du succès de la construction d’une nation. Je ne vois vraiment pas la sagesse de la stratégie des Conservateurs en matière d’éducation. Les projets de Ford ont même attiré l’attention des jeunes Ontariens et Ontariennes. Ils voient que leur chemin vers le succès est sur le point de prendre des courbes perfides. Les enfants eux-mêmes font part de leurs préoccupations, non seulement à leurs parents, mais également à leurs pairs. C'est un signe certain que c'est vraiment important pour eux.

 

Le 4 avril, des étudiants de toute la province ont organisé une journée de protestation pour exprimer leurs points de vue sur les changements annoncés par le gouvernement Ford. Lorsque les nouvelles de leurs projets ont été entendues pour la première fois, il était inutile de dire qu'il y avait des attitudes stéréotypées et des commentaires sur la façon dont nos jeunes sont paresseux et ignorants de l'actualité. Même la ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, a écarté l’idée d’une manifestation étudiante affirmant que tout élève qui souhaite que sa voix soit « bien entendue » devrait participer à la consultation en ligne du gouvernement. La réponse des étudiants était la suivante: « Vous voulez dire de la même manière que le gouvernement n’a pas lu les milliers de commentaires qu’il a reçus sur les changements en matière de santé? » Vous avez raison, les enfants ne font pas attention à l’actualité…

 

Ce qui s'est passé ensuite est vraiment incroyable. Tout parent ou enseignant sait que l’un des meilleurs moyens d’amener un jeune à faire quelque chose est de lui dire qu’il ne peut pas ou qu’il n’a pas assez d’expérience pour le gérer. En utilisant les outils de médias sociaux qui leur sont si familiers, les leaders étudiants ont rassemblé plus de 100 000 de leurs camarades étudiants, de leur plein gré.

 

Ils se sont rassemblés pour protester contre les coupes dans les postes d'enseignants; l’augmentation de la taille des classes; la perte de financement de 851 millions de dollars; et la participation obligatoire à au moins 4 cours en ligne.

 

Il n’y a pas eu de rapports réels d’enseignants ni de syndicats qui les incitant à la tâche ou leur disant quoi faire. Je peux vous dire que, d'après ce que mon bureau a appris, l'événement s'est déroulé sans encombre. Il n'y a pas eu d'émeute, pas de commentaires irrespectueux et pas de gestes inappropriées. Tous les rapports indiquent que les étudiants qui ont sortis des classes ont écouté les messages préparés par les étudiants eux-mêmes et ont formulé de nombreux encouragements positifs pour leurs pairs. Puis, sans encombre, ils sont retournés en classe.

À Elliot Lake, les étudiants ont même marché de l'école à mon bureau pour se rassembler, puis sont retourné sans incident. Ces étudiants ont fait preuve de leur détermination, maîtrise de soi et respect. Qu'une personne soit d'accord ou pas avec le message des étudiants, il faut quand même reconnaître l’attitude responsable et le déroulement parfait des manifestations.

 

Mais comment Doug Ford a-t-il réagi à la nouvelle de cet événement? Plutôt que d'utiliser l'événement comme un moment positif et d'encourager le dialogue et de définir la manière appropriée de résoudre les différends, Doug Ford a choisi de réduire leurs efforts et de publiquement leur manquer de respect. En outre, il a poursuivi en accusant entièrement les enseignants et les syndicats d'enseignants et a comparé les dirigeants à des voyous. « Il s’agit des chefs syndicaux qui disent aux enseignants et aux étudiants quoi faire…. C’est absolument honteux qu’ils utilisent nos étudiants comme un groupe de pions. »

 

Après avoir entendu les commentaires de Ford, Andrea Horwath a répondu en disant aux étudiants: « Doug Ford vous a sous-estimé. Les politiciens disent souvent que les étudiants sont l'avenir ou les leaders de demain. Mais pas vous. Vous êtes les leaders d’aujourd’hui. Vous êtes les personnes qui se battent pour ce qui est juste en ce moment. Vous vous battez pour vous-même, pour vos enseignants, pour vos camarades de classe et pour l’Ontario. »

 

Comme je l'ai dit plus haut, « Il faut un village pour élever un enfant ». Je n'aime pas l'avouer, mais même Doug Ford a enseigné quelque chose aux étudiants - il est l’exemple de comment ne pas gérer les conflits et comment manquer de respect à ceux qui ne sont pas d'accord avec vous peut se retourner contre vous. Clairement, nos enfants ne sont pas apathiques, paresseux ou mal informés. Il semble qu'ils aient toujours été attentifs, comme prouver par fait qu'ils ont démontré un modèle de protestation efficace pour se faire entendre.

 

Mon message à nos étudiants est le suivant: merci pour votre leadership phénoménal, votre passion et votre détermination. Je veux que vous sachiez que le NPD vous soutient et n’abandonnera pas ce combat. L’Ontario n’appartient pas à Doug Ford – elle vous appartient. Votre éducation n’appartient pas à Doug Ford, elle vous appartient.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions à propos de toute affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha

Député d’Algoma-Manitoulin

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload