Chronique de Queen's Park

April 22, 2019

Si vous étiez un enfant et qui devait apporter votre lunch à l'école, avez-vous déjà été déçu par celui-ci ? La plupart d'entre nous l’étaient de temps en temps. Quand vous étiez enfant, vous restiez en classe toute la matinée et votre esprit vagabondait dans l’espoir d’avoir votre sandwich préféré au beurre d’arachide et confiture ou quelques biscuits faits maison par maman. Puis, lorsque la cloche du déjeuner sonne, le pire arrive - et votre cœur bat à toute allure. Vous ouvrez votre boîte à lunch et vous ne trouvez…rien.

 

Un de mes amis m’a raconté une variante de cette même histoire qu’il a aussi vécue à plusieurs reprises. Il était chanceux que sa femme préparerait souvent son lunch en même temps que ceux de leurs enfants. Mais de temps en temps, lorsque le matin était trop occupé à la maison, il riait bien à l'heure du dîner, car lorsqu'il allait manger son sandwich, cela devenait un « sandwich Harris ». Je lui ai demandé ce qu’il voulait bien dire. Il m’a dit qu’un « sandwich Harris » était une recette de sandwich que son épouse a obtenue de l'ancien premier ministre conservateur Mike Harris. La recette de Harris coupe toute la viande, le fromage, la laitue et les tomates et ne laisse… que le pain.

 

Les Ontariens et Ontariennes dans l’ensemble reconnaissent cette histoire après avoir entendu les détails du premier budget de Doug Ford.

 

Partout dans la province, les gens sont scandalisés par le fait que les dépenses en soins de santé ne suivent même pas le rythme de l'inflation. Les hôpitaux ont à plusieurs reprises averties que cela ne pourrait que provoquer des licenciements de personnel de première ligne et une réduction des services nécessaires. En général, le gouvernement Conservateur estime une augmentation annuelle de 1,6% sur la période 2018-2022. Le taux d'inflation général en 2019 est de 1,9%. C’est donc une réduction des dépenses de santé.

 

L'éducation est une autre source de grande préoccupation, car les conservateurs ont annoncé une augmentation du nombre d'élèves par classe, ce qui signifie que moins d'enseignants et de membres du personnel travaillent avec de plus en plus d'élèves dans chaque classe. Cela signifie également que moins d'options et de cours seront disponibles. Le financement de l'éducation ne suit pas non plus l'inflation.

 

La liste s'allonge encore et encore dans des domaines tels que la réduction d'un milliard de dollars des services à l'enfance, des services sociaux et communautaires, la réduction de près de trois quarts de milliard de dollars du financement pour l'éducation postsecondaire et des coupes dans les transports en commun, les transports, l'énergie et l’environnement.

 

Au cours de mes déplacements dans la circonscription et de nombreuses réunions et conversations avec les Ontariens du Nord, j'entends encore plus d'inquiétudes et de frustrations. Des sondages récents ont montré que même dans les circonscriptions comptant des députés conservateurs, 72% des personnes interrogées n’approuvaient pas le nouveau budget de Ford.

Tout comme les libéraux de Wynne avant lui, Doug Ford ne parvient pas à créer des emplois dans le Nord de l'Ontario. Il n’offre que très peu d’investissements pour refaire des infrastructures indispensables, et n’offre aucune aide en ce qui concerne l’offre d’hydroélectricité dans la région.

Dans ce budget, Doug Ford a laissé passer l'occasion de créer des milliers d'emplois favorables pour les familles du Nord. Il n'a pas réussi à prendre des mesures concrètes sur le Cercle de feu sans financement ni engagement à mener des consultations sérieuses avec les Premières nations touchées.

 

Le budget de Ford ne fait rien pour améliorer la sécurité des déplacements des habitants du Nord. Les Conservateurs ne se sont pas engagés à donner une date pour l'achèvement des travaux d'élargissement à quatre voies de l'autoroute 69 ou de l'autoroute 11/17. De plus, le service ferroviaire voyageurs de Northlander ne figurait même pas dans le budget, sans financement ni horaire pour la restauration du service ferroviaire pour les voyageurs du Nord.

 

Ces insultes douloureuses surviennent lorsque les ministères censés soutenir le Nord et les régions rurales de l’Ontario sont réduits à néant. Ford a réduit le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de 225 millions de dollars, soit environ le quart de son financement. Il a réduit de 566 millions de dollars l'Énergie, le Développement du nord et les mines. Il a réduit les Ressources naturelles et la Foresterie de 162 millions de dollars. En plus, Ford a coupé 142 millions de dollars pour la lutte contre les incendies de forêt, ce qui représente près de 70% de son financement. Vous souvenez-vous des feux de forêt dévastateurs de l’année dernière? Pas Ford, apparemment.

 

Les coupes dans l’éducation et l’augmentation du nombre d’élèves du secondaire à 28 élèves vont certainement toucher le plus durement les écoles des régions rurales et du Nord d’Ontario. Cela mènera à une superposition des classes, où les élèves de différentes filières et de différentes classes seront obligés de se retrouver dans une seule classe, ce qui conduira naturellement à la fermeture d'un nombre d'écoles rurales et du Nord. Les élèves devront prendre un autobus pour aller de plus en plus loin. Les élèves seront pris en charge et ramenés à la maison - mais savez-vous ce qui ne suivra pas les élèves chez eux dans une région rurale de l'Ontario? De l’internet haute-vitesse utilisable et abordable.

 

Ce gouvernement veut rendre obligatoires quatre cours en ligne à domicile, mais il n’offre pas le même accès à internet dans les régions rurales de l'Ontario que dans le reste de la province. Comment pouvez-vous parler d’apprentissage en ligne lorsque les étudiants des régions rurales de l’Ontario n’ont même pas accès à internet haute-vitesse.

 

Les Ontariens du Nord méritent d'avoir accès à internet haute-vitesse, à un meilleur accès aux soins de santé et à un soutien accru pour créer de bons emplois stables dans le Nord. Mais Doug Ford ne croit pas que ce soit sa responsabilité d'aider à faire en sorte que cela se produise au nord de Barrie. Il ne croit pas que ce soit sa responsabilité de nous aider.

 

Les libéraux ont laissé tomber le nord de l'Ontario pendant 15 ans. Ils nous ont privés de services essentiels et les familles ont vu nos écoles fermer, nos hôpitaux sont surchargés et nos industries ont fermé. Ce budget indique clairement que les conservateurs de Doug Ford ne feront qu'empirer les choses pour les communautés du Nord.

 

Doug Ford ne croit tout simplement pas que ça fait partie de son travail d’investir dans le Nord et dans les familles du Nord. Les habitants du Nord n’ont rien reçu pendant 15 longues années et ont faim maintenant - peut-être même plus faim que le reste de la province. Le « petit lunch » de Ford nous fait vraiment mal ici au Nord. Nous méritons un meilleur gouvernement, qui sera plus attentionné.

 

Investir dans les écoles et les hôpitaux est un investissement dans les enfants et les familles du Nord. Investir dans l'expansion d’internet est un investissement dans les entreprises et les emplois locaux. Et les investissements dans le développement des infrastructures du Nord, des autoroutes, et du Cercle de feu, constituent un investissement dans notre économie et notre avenir. C'est ce que le NPD voulait voir dans ce budget, et nous n'abandonnons pas.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions sur cette chronique ou toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload