Chronique de Queen's Park

April 29, 2019

Walkerton - Selon les mots du grand Yogi Berra, « C’est encore du déjà vu ».

 

Récemment, certains de mes collègues du Nord et moi-même avons discuté de nos préoccupations concernant les coupes massives de Doug Ford en santé publique. Plus tard, alors que je conduisais sur la route après la réunion, l’image d’un ancien politicien m’est venue à l’esprit, suivie du nom de Walkerton.

 

Même les personnes trop jeunes pour se rappeler des circonstances horribles impliquant la contamination de l’eau potable de la communauté par la bactérie E. coli sont familières avec l’histoire associée à cette communauté. La contamination fut directement responsable de 7 décès et plus de 2300 personnes gravement malades. Dans son rapport cinglant de 2002, le juge Dennis O’Connor a déclaré que les privatisations par le gouvernement conservateur de Mike Harris, ses compressions et le transfert des responsabilités provinciales aux gouvernements municipaux avaient entraîné la contamination. Il a déclaré sans équivoque que l'épidémie s'était produite parce que le gouvernement de l'Ontario n'avait pas mis en place les mesures de protection et de soutien nécessaires suite à la privatisation de l'approvisionnement en eau.

 

L'Ontario est une fois de plus gouverné par un gouvernement conservateur dirigé par Doug Ford. À l'instar de Mike Harris, Ford veut couper et privatiser, quel qu'en soit le coût. Ford réduit les bureaux de santé publique dans la province de plusieurs milliards de dollars et fait passer le nombre d’unités locales de 35 à seulement 10. Ce chiffre inclut Santé publique Sudbury et les districts, qui pourrait être confronté avec des coupes budgétaires massives ou même totalement éliminés.

 

France Gélinas, porte-parole du NPD en matière de santé, a déclaré: « Santé publique Sudbury et les districts est essentiel à la santé et à la sécurité de nos familles. Le contrôle des maladies infectieuses, prévention des surdoses, inspections des restaurants et assurance de la qualité de notre eau potable - Santé publique Sudbury et districts fournit tout cela, et plus, et nous ne devrions pas avoir à annuler ces services. »

 

Plusieurs craignent que cette réduction ait des conséquences dévastatrices pour les familles des régions du Nord, y compris Sudbury et l'ensemble des régions d'Algoma-Manitoulin. Cette décision met nos vies en danger. Je recule en me demandant si, comme le disait Yogi Berra, « c’est encore du déjà vu ».

 

Toujours soucieux de la santé et de la sécurité du public, Ford a récemment annoncé que les conservateurs réduisaient le nombre de services d’ambulance de 50 à seulement 10. Les collectivités de l’Ontario ont été prises au dépourvu par la décision surprise du gouvernement. Les ambulanciers paramédicaux ont exprimé haut et fort leur inquiétude face au projet de Ford de supprimer le service local. Les ambulanciers paramédicaux disent que le seul moyen de répondre efficacement aux besoins des Ontariens consiste à garder le contrôle au niveau local. Ils disent que ce type de centralisation pourrait signifier que lorsque vous appelez une ambulance, elle devra venir de beaucoup plus loin. (Le terme « plus loin » prend un tout autre sens lorsque vous êtes un habitant du Nord.) Cela pourrait signifier qu'il y a moins d'ambulances dans les zones rurales et du Nord déjà mal desservies. Cela pourrait signifier des temps d'attente plus longs dans les situations d'urgence - et nous savons tous que cela peut avoir des conséquences dangereuses, ou même mortelles.

 

Il ne fait aucun doute que le premier budget de Doug Ford frappe durement les familles ontariennes, mais il semblerait que les Ontariens du Nord paient encore plus chers, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour nous ici à Algoma-Manitoulin. Notre santé, notre sécurité et notre accès aux services de base dans le Nord ne devraient pas être moindres.

 

Comme je l’ai déjà dit, le premier budget de Ford attaque des domaines tels que l’éducation, les soins de santé, les services sociaux et communautaires et d’autres services publics, dont dépendent énormément les familles du Nord. Il semble maintenant que Doug Ford réduise de 50% le financement du Service des bibliothèques de l’Ontario - Nord. Son plan permettra de réduire de moitié le financement du Service des bibliothèques de l’Ontario - Nord. En faisant cela, Ford coupe un service essentiel pour que nos bibliothèques puissent travailler ensemble en une seule unité fournissant un service excellent aux Ontariens du Nord.

 

Les temps ont changé. Les bibliothèques ne sont pas que des rangées d'étagères. Ce sont des centres où nous pouvons accéder à la technologie, à Internet et à d’autres services essentiels. Toute personne souhaitant rechercher un emploi ou même postuler à un poste doit avoir accès à Internet. Et s’ils n’ont pas d’emploi, ils n’auront probablement pas les moyens de se payer l’internet à la maison. Les gens utilisent la technologie des bibliothèques pour accéder à l'apprentissage en ligne afin d'améliorer leurs opportunités d'emploi et de formation et d'accéder aux avantages sociaux en ligne. Le personnel de la bibliothèque dispense un enseignement et une formation gratuits aux personnes qui ne sont pas familiers avec le matériel.

 

Il rend plus difficile pour les bibliothèques d’aider les étudiants qui ont besoin d’un endroit pour étudier, apprendre et accéder à des ressources - y compris la technologie - qu’ils n’ont peut-être pas chez eux. N’oubliez pas que le gouvernement de l’Ontario va bientôt obliger à suivre quatre cours du secondaire par l’apprentissage électronique à domicile. Mais qu'en est-il des étudiants qui vivent dans des zones dépourvues de service Internet ou dans des foyers où les ordinateurs et Internet ne sont pas abordables? Où vont-ils se tourner pour avoir accès à de telles opportunités?

 

Doug Ford se fiche de l’impact de ses compressions sur nos communautés. Il est obsédé par son contrôle sur la ville de Toronto. Lorsqu’il était conseiller municipal, Ford a juré de fermer la plus petite bibliothèque de son quartier « sans hésitation ». Même à cette époque, Ford déclarait avec bravoure: « Pourquoi avons-nous besoin d'une autre petite bibliothèque au milieu de nulle part que personne n'utilise? » Il ne semble pas que ses idées sur les bibliothèques ou la compréhension du Nord se soient améliorées au fil des ans.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions sur cette chronique ou toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha

Député d’Algoma-Manitoulin

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload