Chronique de Queen's Park

May 6, 2019

Il est fort probable que si vous demandiez à quelqu'un qui me connaît si j'aime mon travail, ils diraient: «Non…. Mantha adore son travail. » Chaque année, j'ai le privilège de parcourir la circonscription de bout en bout, de nombreuses fois pour des réunions, des cliniques et des événements de toutes sortes. Et oui, privilège est le mot juste. Je suis vraiment honoré de penser que les habitants d’Algoma-Manitoulin m’ont fait confiance à moi et à mon personnel pour faire entendre leur voix à Queen’s Park depuis 2011. Croyez-le ou non, c’est une grande dose d’humilité.

 

Comme je l'ai dit, j’adore mon travail, mais comme tout travail sur la Terre, il comporte des inconvénients. Dernièrement, il semble que l’un des plus grands inconvénients pour moi est de rencontrer tant de gens qui font face à autant de problèmes au quotidien. On ne peut s’empêcher d’être affecté par leur angoisse et leur chagrin. Alors que je communique avec des gens dans la rue, dans des cafés, au téléphone, par courriel et sur les médias sociaux, je constate que de plus en plus de gens sont inquiets pour l'avenir de leurs familles, de leur pays et même de leur province.

 

Pas plus tard que la semaine dernière, lorsque j’ai rencontré un électeur dans une clinique de circonscription, elle m’a dit que si elle pouvait remplacer les panneaux de Doug Ford «Ontario: Open for Business » aux frontières de la province avec un extrait du film «Le Magicien d'Oz » qui avertit Dorothée et ses 3 nouveaux amis lorsqu'ils entrent dans la forêt hantée,  « je ferais demi-tour si j'étais vous. »

 

Après avoir récupéré de mon fou rire, j'ai saisi l'occasion pour lui dire qu'à la fin, il s'est avéré que les 4 personnages prenaient courage et continuaient à faire face aux problèmes à venir. En fin de compte, leur décision de travailler ensemble et de se soutenir mutuellement a porté ses fruits. Et c’est ce que font les Ontariens. En réalité, nous voulons que les gens et les entreprises viennent vivre et investir ici.

 

Malgré l’avenir si sombre, voire peut-être même pour certains dévastateurs, mes collègues du NPD et moi-même voyons des signes d’espoir que les choses changeront. Ces derniers jours, on prend un journal, et on peut constater que le vent tourne pour le mieux. Les néo-démocrates sont réconfortés par les forts messages de mécontentement et de manque de confiance que les Ontariens expriment haut et fort contre Doug Ford. Rien que dans la première semaine de mai, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont dû affronter des conditions météorologiques peu souhaitables pour se rassembler sur les pelouses de Queen's Park afin de faire comprendre à Doug Ford qu’ils n’avaient aucune confiance en son budget ni en ses projets.

 

Pendant plusieurs jours, un nombre considérable de personnes sont venues à l’Assemblée pour dire à Doug Ford que ses compressions en santé sont extrêmement sévères. Ils se sont réunis pour dire à Doug Ford que les compressions dans les bureaux de santé publique mettraient des vies en danger. Les Ontariens se sont unis pour dire que réduire le nombre de bureaux de santé publique de 35 à seulement 10 s'avérerait catastrophique. Des experts, y compris des médecins, des responsables de conseils scolaires et des responsables de la santé se sont alignés pour dénoncer les coupes à la santé publique comme étant carrément dangereuses.

 

Des parents, des étudiants et même des professeurs d’universités et de collèges se sont rassemblés à Queen’s Park pour dire à Ford qu’ils n’avaient aucune confiance en ses plans d’éducation. Augmenter le nombre d’élèves, licencier des enseignants, annuler la musique et les cours spécialisés de mathématiques et de technologie, et rendre obligatoires les cours en ligne sont autant d’étapes qui seront dommageables pour nos élèves et à nos enfants. Ford réduit même le financement par élève que chaque conseil reçoit.

 

En dépit de la conjoncture actuelle, je suis réconforté par le fait que les Ontariennes et Ontariens se rassemblent pour faire entendre leur voix. Partout dans la province, des manifestants protestent dans leurs villes et se rendent à Queen’s Park. Ils disent tous ensemble à Doug Ford qu’ils sont mécontents de ses compressions et qu’ils ne font pas confiance à son budget ni à ses projets. Les Ontariens et Ontariennes peuvent être encouragés à croire que des citoyens de tant de milieux différents s'unissent pour le bien commun de tous.

 

Et la bonne nouvelle est que ces voix unies commencent peut-être à résonner.

Si la rhétorique et le ton frustrant des réponses de Ford, de la ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, de la ministre de la Santé, Christine Elliott, et du ministre des Finances, Vic Fedeli, semblent indiquer que la population de l'Ontario puisse faire passer son message. Ford et Fedeli ont déjà essayé de créer un fossé entre enseignants et parents; blâmer avec véhémence les «dirigeants syndicaux» et les enseignants pour avoir incité les étudiants à la peur. En outre, l’autre jour après avoir affronté une foule de manifestants devant son bureau de circonscription à North Bay, Fedeli n’a pas pu dissimuler sa frustration, lorsqu’il a dit : « Ils racontent des mensonges… Personne ne devrait plus jamais croire que les syndicats d'enseignants disent. » Les enseignants sont des professionnels attentionnés dont la principale préoccupation est la réussite de leurs élèves.

 

Les néo-démocrates ne voient pas l'intérêt d'alimenter les divisions entre les divers intervenants, tels que les enseignants et les parents. Nous sommes tous dans le même bateau. Nous sommes déterminés à faire de l’Ontario une province forte et prospère, qui aspire au progrès. Nous partageons la vision selon laquelle les Ontariens et Ontariennes doivent avoir un gouvernement responsable, transparent et prévisible. Nous voulons une province dans laquelle les décisions concernant les choses qui importent le plus aux yeux des gens ne semblent pas arbitraires. Nous envisageons une province où le gouvernement prend au sérieux son rôle essentiel dans la création d'un environnement stable et évolutif dans lequel les entreprises de toutes tailles et de toutes personnes peuvent prospérer.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de ces questions à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha

Député d’Algoma-Manitoulin

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload