Chronique de Queen's Park

June 17, 2019

Maintenant que l’Assemblée législative est en pause estivale, les députés peuvent enfin se remettre de nos combats à Queen’s Park et reprendre leur souffle. Cela ne veut pas dire que nous pouvons rester assis sans rien faire jusqu’à ce que la Chambre soit rappelée à la fin du mois d’octobre, mais au moins, nous pouvons passer plus de temps à la maison avec nos électeurs. Au moment d’écrire cet article, j’ai hâte de vivre deux semaines complètes de cliniques dans les communautés de la circonscription.

 

En ce début d’été, je tiens à rappeler à tous que, où que vous habitiez en Ontario, nous devons tous surveiller les tiques et prendre des mesures simples pour aider à prévenir la maladie de Lyme. Au cours de la dernière semaine de la session de printemps, j'ai réussi à présenter une motion invitant le gouvernement Ford à cesser de différer et à prendre des mesures immédiates pour lutter contre le nombre croissant de cas de maladie de Lyme en Ontario.

 

La maladie de Lyme chronique peut affecter tous les systèmes du corps et entraîner une paralysie. Sans aucun doute, trop d'Ontariens souffrent déjà de la maladie débilitante. Et cela s’aggrave.

Beaucoup sont surpris d'apprendre que l'Ontario compte le plus grand nombre de cas de maladie de Lyme au pays et que ce nombre ne cesse de croître. Après avoir observé la maladie ramper lentement dans le nord pendant des années, les habitants du Nord ont raison de s’alarmer. En fait, le nord-ouest de l'Ontario fait face à la prévalence la plus élevée d'infection par la maladie de Lyme au Canada. Une étude menée sur l'île Corkscrew, située à 20 km au sud-ouest de Kenora, a révélé que la maladie de Lyme avait été découverte chez huit espèces de tiques, avec 41% de personnes testées positives pour la maladie de Lyme.

 

Des gens, non seulement d'Algoma-Manitoulin, mais de toute la province, téléphonent à mon bureau ou envoient des lettres et des messages disant qu'ils craignent de contracter la maladie de Lyme, ou pire, qu'ils ont été diagnostiqués avec la maladie de Lyme.

 

C’est la raison pour laquelle je suis devenu un membre actif du groupe de travail non partisan composé de patients, de médecins, de chercheurs, de responsables du ministère de la Santé, de professionnels de la santé et de défenseurs. Le groupe de travail a publié le rapport du groupe de travail sur le rapport sur la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques. Il invite la province à donner suite aux 10 recommandations incluses dans le rapport.

 

Ce qui est frustrant, c'est que le gouvernement Ford n'a aucune raison de retarder l'action. Ils ont aujourd'hui un projet sur mesure pour lutter contre la maladie de Lyme. En ce qui concerne la maladie de Lyme, il n’y a pas de place pour la politique insensible. Doug Ford doit simplement agir dès maintenant pour mettre fin à la maladie et aider les Ontariens et Ontariennes à faire face à cette crise de santé publique. Ford peut et doit prendre des mesures maintenant pour protéger les habitants du nord-ouest de l'Ontario et protéger les familles de toute la province.

 

Comme bon nombre de personnes dans notre circonscription, j’ai un grand amour pour la nature et les grands espaces. C’est dans ton sang quand tu es né et a grandi ici. De plus, les habitants du Nord comprennent la nécessité de se déplacer pour accéder à des choses simples de la vie quotidienne tels que l'école, l'emploi, les soins de santé et une longue liste de biens et de services qui peuvent ne pas être à portée de main au niveau local. Maintenant, j’ai peut-être tort, mais je pense que cela fait peut-être partie de l’incapacité de Doug Ford à véritablement comprendre la vie de l’Ontarien moyen. Ford doit sortir plus. Son expérience est limitée à vivre dans des jungles de béton et à diriger l'entreprise de sa famille. Si ce n’est pas simplement un manque regrettable de souci sincère des gens, comment pouvez-vous expliquer sa tendance à faire passer les désirs de ses riches amis et de ses soutiens au-dessus de ceux du bien-être des «Ontariens ordinaires»?

 

En plus de ne pas profiter d'un plan déjà prêt  pour lutter contre la maladie de Lyme, ne cherchez pas plus loin que sa décision de plafonner les salaires des travailleurs de première ligne qui fournissent une liste interminable de services vitaux à la population de l'Ontario. Des services essentiels sur lesquels les gens comptent vraiment, tels que l'éducation et les soins de santé. Les travailleurs du secteur public sont les personnes qui font fonctionner notre province en prenant soin de nos proches, en veillant à la sécurité de nos routes, en veillant à ce que la nourriture que nous mangeons et que l'eau que nous buvons soit salubre. Ces travailleurs sont présents 24h / 24 et 7j / 7 pour veiller à la sécurité et à la sécurité de nos citoyens les plus vulnérables, y compris des enfants et des personnes âgées.

 

C’est exactement le genre de comportement que nous attendons du gouvernement Ford. Nous l'avons vu lorsque Ford a sournoisement arraché les services d'enfants autistes avant de consulter les familles. Et nous l'avons vu lorsque Ford a tenté de réduire rétroactivement le financement accordé par la province à des services municipaux tels que la garde d'enfants, les ambulances terrestres et la santé publique.

 

En matière de prise de décision, d'élaboration de politiques et d'élaboration de lois, le gouvernement Ford s'est acquis une réputation bien méritée pour avoir agi selon la philosophie «prêts à agir, à atteindre l'objectif». Ils devraient mener une véritable et sérieuse consultation avant de procéder à des coupes catastrophiques. , ne pas couper en premier et poser des questions plus tard.

 

Les politiciens ne sont pas élus pour récompenser leurs partisans et leurs amis. Ils ne sont pas élus pour offrir des emplois bien rémunérés à leurs alliés ou à ceux à qui ils doivent des faveurs. Et ils ne sont pas élus pour voir combien de temps ils peuvent rester au pouvoir en formant le gouvernement. Nous sommes élus pour faire ce qui est juste et ce qui convient le mieux aux habitants de cette province.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou si vous avez des questions sur toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload