Chronique de Queen's Park

June 24, 2019

Est-ce que ça vous surprendrait-il si je vous disais que lorsque j'étais jeune et plus tard adolescent, j'étais timide et discret? Ah oui, ça vous surprend? Hmmph, je ne pensais pas tromper personne. Si vous fronciez les sourcils et disiez: « oui, oui, c’est ça…! » vous aviez bien raison.  Demandez à mes frères et mes amis et ils riraient à cette pensée. Je n'ai jamais eu peur de parler et même d’être sous les projecteurs. Personnellement, je préfère la spontanéité aux productions planifiées ou répétées. Cependant, j'admire vraiment le talent artistique et le style que je vois chez les autres. Algoma-Manitoulin ne manque pas d'artisans théâtraux talentueux, amateurs et professionnels. Les conteurs de De-ba-jeh-mu-jig, les arts communautaires Thinking Rock et les 4elements Living Arts ne sont que quelques exemples de ce talent local.

 

Malgré mon admiration pour tous nos talentueux artistes théâtraux locaux, mon expérience de l'année dernière à Queen's Park m'a amené à penser qu'il existe une troupe incroyablement talentueuse qui se trouve juste en face de mes collègues et moi. Je jure que, certains jours, je rentre de la Chambre à mon bureau en secouant la tête en pensant que quelqu'un doit proposer une reconnaissance de style « Tony Award » aux politiciens sur la scène politique. Le talent non reconnu à Queen’s Park est stupéfiant!

 

Il y a quelques jours à peine, les médias ont rapporté que, malgré les apparences à l'Assemblée législative, les choses ne semblaient pas aussi optimistes du côté gouvernemental qu'elles pourraient sembler à première vue. Le simple fait de regarder les louanges et l'adulation exagérées que les députés conservateurs vouent à Doug Ford chaque fois qu'il parle (ou même se présente à la Chambre) rappelle la vision du Grand César face aux multitudes du Colisée. La vérité, c’est que plusieurs membres du personnel et des députés anonymes du Parti conservateur se sont manifestés et ont déclaré que plusieurs membres du groupe avaient été réprimandés pour ne pas avoir applaudi assez fort. L'ancien député conservateur Randy Hillier a été mis à la porte du caucus rien que pour ça.

 

Il semble toutefois que ce spectacle a trop duré. Selon le Toronto Star, les députés conservateurs ont atteint leur limite. À la mi-juin, plusieurs d’entre eux se sont rendus personnellement chez Ford pour lui dire qu’ils travaillaient dans une culture de la peur similaire à celle de l’ex-URSS. Les députés se plaignent que travailler avec le chef de cabinet de Ford, Dean French, équivaut à traiter avec le KGB.

 

Le Star a rapporté que deux députés avaient eu le courage de s’adresser personnellement à Ford pour lui faire part de leurs préoccupations.

 

« Des sources ont déclaré qu’une députée recrue de la région du Grand Toronto avait fondu en larmes après avoir été critiqué par French jeudi devant l'hôtel de l'aéroport, devant le premier ministre, d'autres députés et des membres du personnel. Le chef de cabinet lui a reproché de s'être plaint directement à Ford de la stratégie de communication du gouvernement au lieu de l'exposer par les voies appropriées. »

 

Tout cela a été vérifié par le propre directeur des communications de Ford.

 

Il est clair que de tels rapports ne sont pas nouveaux pour Ford. En fait, Ford aurait lui-même reproché à Randy Hillier de ne pas être assez enthousiaste dans ses applaudissements. Pourtant, Ford feint le choc et la consternation quand on lui dit que certains de ses députés sont sur le point de s'effondrer. Le lendemain, il a dit à son caucus que désormais, les députés conservateurs seraient traités avec respect.

 

Nous pouvons supposer que Doug Ford se soucie des joueurs individuels de sa troupe, car ce sont eux qui le feront ou le briseront en tant que leader. Il a une relation de travail intime avec eux. Combien de fois at-il affirmé publiquement qu’il avait 1000% de confiance dans les capacités et la crédibilité de son équipe? Les conservateurs sont presque émus de compassion. Pourtant, regardez comment ils sont traités par Ford et ses collaborateurs.

 

Alors voici mon point. Si Doug Ford n'apprécie pas assez ses propres députés pour les défendre et les aider à bien faire leur travail, quel souci et quel respect a-t-il pour les gens ordinaires de l'Ontario?

 

Quel souci et quel respect Doug Ford a-t-il manifestés envers les familles avec des enfants atteints d'autisme lorsque nous l'avons vu supprimer le financement dont ils ont désespérément besoin pour aider leurs enfants à trouver un certain degré d'indépendance et une place dans la société?

 

Quelle inquiétude et quel respect témoigne-t-il envers les citoyens à faible revenu et vulnérables en détournant 15 millions de dollars, soit une réduction totale de 30%, du financement des cliniques juridiques communautaires de la province?

 

Demandez aux gens à quel point les conservateurs ont fait preuve de respect lorsqu'ils ont annoncé le lancement d'un nouveau programme facultatif pour les autochtones sans consulter les communautés, les responsables et les éducateurs autochtones.

 

Quelles inquiétudes Doug Ford a-t-il exprimées envers nos jeunes en détournant des fonds pour des programmes qui ont aidé des milliers d'étudiants des collèges et universités à renoncer à l'habitude mortelle de fumer?

 

Ai-je besoin de continuer?

 

N'oubliez pas que j'ai dit qu'il fallait créer un prix consacré spécifiquement à la reconnaissance des compétences théâtrales des politiciens sur la scène politique. J'ai le nom parfait. Que diriez-vous de « The Dougies? »

 

Où peut-on soumettre les candidatures?

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions sur cette chronique ou toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload