Chronique de Queen's Park

August 26, 2019

Il n’est pas nécessaire d’être un analyste politique ou un historien pour savoir que le jeu de la politique est en transition constante. Parfois, je suis certain que le terrain ressemble peu au jeu pratiqué à l'époque par d'anciennes personnalités politiques telles que le premier ministre Lester Pearson ou les premiers ministres de l'Ontario Mitch Hepburn et Bill Davis. Personnellement, je peux attester que le jeu a même changé depuis ma première élection. Je ne veux pas dire par là que la politique est devenue plus partisane. C’est toujours un jeu très partisan. Mais autrefois, malgré les différences politiques et les philosophies de gauche, de droite ou de centrisme, le gouvernement s’engageait davantage à faire ce qui est juste pour la population.

 

À mon avis, le gouvernement a le devoir d’agir dans l’intérêt supérieur de ses citoyens, qu’il s’agisse de soins de santé, d’éducation, de transport, d’environnement, d’électricité ou d’énergie propre. La différence entre les partis est la voie empruntée par le gouvernement pour améliorer la vie de la population.

 

Vous vous souviendrez peut-être au printemps que les conservateurs de Ford avaient décidé d’opérer des coupures massives dans le système de santé de l’Ontario, quel que soit le coût. En utilisant l'art de la distraction, ils ont annoncé qu'ils allaient fondamentalement améliorer les soins de santé et mettre fin à la médecine dans les couloirs. Les Ontariens savent que la magie n'existe pas. Inutile de dire que Doug Ford n'est pas un magicien.

 

Au cours de mes voyages, j’ai entendu les descriptions de Doug Ford. Certains électeurs disent qu'il a la tête en boule - certains disent qu'il ne fait que passer au bulldozer des gens et des problèmes - certains de ses propres députés l'ont décrit comme un tyran - alors que beaucoup de ceux que j'entends disent juste qu'il est plein de…. Eh bien peu importe.

 

Ces jours-ci, on enseigne à nos enfants à l'école à défendre les autres et soi-même. On leur apprend que, lorsqu'ils sont unis, un soutien et des liens positifs se développent et que les intimidateurs se calment. Je suis heureux de dire que les Ontariens apprennent qu’ils peuvent eux aussi se lever et se faire entendre. En fait, il semble que les membres de son propre cabinet aient également appris la même leçon, comme en témoigne le départ précipité de son chef de cabinet, Dean French. Malheureusement, l'ancien député conservateur et maintenant indépendant, Randy Hillier, a tenu tête à Ford un peu avant le reste de ses collègues, d'où son expulsion du caucus conservateur.

 

Plusieurs événements récents illustrent clairement le fait que la population de l’Ontario s’est fait prendre par surprise face aux travaux de Ford.

 

Tout d'abord, rappelez-vous le printemps lorsque les conservateurs ont annoncé qu'ils allaient couper les services couverts par l’assurance santé pour les Ontariens vivant avec une insuffisance rénale et devant s'appuyer sur la dialyse rénale. La dialyse peut s'effectuer partout dans le monde. Il n'y a donc aucune raison pour que les personnes qui on un diagnostique d’une insuffisance rénale doivent vivre toute leur vie en restant à la maison près du centre de dialyse. Ne pas nier leur liberté, les patients ontariens du rein qui ont résisté collectivement à Doug Ford lui ont fait écouter. En se levant et en se faisant entendre, ces personnes ont provoqué un revirement partiel de la décision du gouvernement. Le mérite revient aux courageux patients en dialyse qui se sont exprimés à Queen’s Park et dans leurs propres communautés contre cette décision à courte vue. Les néo-démocrates étaient fiers de se tenir aux côtés des patients en dialyse, et de tous les Ontariens, contre les compressions néfastes du gouvernement Ford dans notre système de santé.

 

Un autre exemple de prise de position incroyablement efficace de la part de la population ontarienne concerne les changements catastrophiques et radicaux apportés au financement des familles ayant des enfants autistes. Les conservateurs de Ford ont provoqué un désespoir et un chagrin incroyables en annonçant les compressions dévastatrices. Les coupes sont si profondes que les parents se sont rendu compte qu'ils ne pourraient jamais se permettre des traitements coûtant jusqu'à 80 000 dollars par an, condamnant ainsi leur enfant à une vie qui laisse peu de chance de connaître son indépendance, son succès et sa valeur personnelle. Pour aggraver les choses, il a été prouvé que la liste d'attente évoquée par les conservateurs était simplement une justification fictive pour économiser de l'argent!

 

Tout le monde sait que vous n’intervenez pas entre une maman et son ourson. On peut en dire autant des familles affectueuses et dévouées d’enfants autistes. Ces familles, ainsi que des milliers de sympathisants et de fournisseurs de services dévoués, ont pris d'assaut Queen’s Park pour se faire entendre. Encore une fois, les néo-démocrates étaient si fiers de côtoyer ces familles et ces travailleurs. Leur position a eu un tel succès que le ministre des Services sociaux, Todd Smith, a récemment annoncé que les conservateurs admettaient avoir les changements et sont en train de revoir le programme relatif à l'autisme en augmentant le financement et en rencontrant les parents et les intervenants.

 

Il existe d’autres exemples d’Ontariens qui ont réussi à tenir tête à Ford, comme le programme d’éducation sexuelle. Ford et son caucus ont été forcé à revenir en arrière ou au moins à revoir leurs décisions et à faire les ajustements nécessaires.

 

Alors oui, la politique en Ontario a changé. Mais heureusement, il semble que les électeurs ontariens apprennent et s’adaptent aux changements pour s’assurer que leur gouvernement les écoute et travaille pour eux. Mais c'est clairement un travail en cours.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou si vous avez des questions sur toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload