Chronique de Queen's Park

September 9, 2019

Je le jure, je ne comprenais pas au début pourquoi j’entendais des gens siffloter ou chanter le thème de l’émission Happy Days. Vous connaissez celui avec Richie Cunningham, le Fonz et tous les autres de Milwaukee. J’avoue que ce n’est plus vraiment sur le radar des émissions populaires. Mais, j'ai compris. Sans exception, toutes les personnes que j'ai entendues et vues chanter étaient les parents de jeunes élèves ou étudiants post-secondaire. J'ai finalement compris quand j'ai entendu une femme chanter les paroles de la célèbre chanson à son mari tout aussi joyeux:

 

Gonna cruise her round the town,

Show everybody what I've found

Rock'n'roll with all my friends

Hopin' the school year (music) never ends.

 

Juste un conseil de la part d’un papa de deux garçons adultes à tous les parents d’enfants qui retournent à l’école: si vos enfants vous demandent pourquoi vous continuez de chanter ou de fredonner cette mélodie, soyez gentil dans votre réponse. Dites-leur simplement que c’est parce que vous êtes si heureux pour eux qu’ils puissent retourner à l’école et aimer être avec leurs amis et relever de nouveaux défis et possibilités. Dites-leur que vous vous contentez de vous sentir comme si la maison était si vide et si calme maintenant que l'été s'est écoulé. Ne dites pas que c’est parce qu’ils sont finalement sortis de la maison.

 

Naturellement, cette joie temporaire finira par s’égarer, en particulier lorsque les parents ontariens seront confrontés à la situation du système éducatif ontarien. Une fois que les étudiants seront pleinement intégrés à l’année scolaire en cours, les changements commenceront. C’est un peu comme acheter une voiture chez un concessionnaire qui dit que le nouveau modèle coûte beaucoup moins cher, mais qu’il correspond exactement au modèle plus cher. Le conducteur ne remarquera pas vraiment la différence avant d’utiliser l’une des nombreuses fonctionnalités supprimées par l’entreprise pour économiser de l’argent.

 

Lorsque les élèves seront de retour à l’école, ils remarqueront assez rapidement que Doug Ford a fait disparaître des conseillers en orientation, des professeurs de musique et du personnel de surveillance. Ils perdent les conseils d'un adulte attentionné, leurs options de cours et même des salles de classe. Certains verront même que, lorsqu'ils se déplaceront dans l'école, certaines salles de classe seront fermées et verrouillées. Bien que les étudiants n'aient pas encore pleinement expérimenté l'ampleur des positions perdues, il existe une certitude: les enfants retournent dans des écoles avec moins de ressources et moins de soutien.

 

Il y a quelques jours, le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, a tenté de minimiser les conséquences des coupures sur les salles de classe, qualifiant ces inquiétudes d ' « exagérées ».

Avec l’économie mondiale et la compétitivité d’aujourd’hui, nous devons ouvrir davantage de possibilités aux étudiants, et non en éliminer. Comment le fait d’avoir moins d’enseignants dans les classes va-t-il améliorer la qualité de l’éducation de nos élèves? Les élèves qui ont du mal à apprendre ont besoin de plus de soutien en classe, pas moins.

 

J’ai répété à maintes reprises qu’une des compétences les plus essentielles qu’un politicien doit posséder est la capacité d’écouter réellement les gens. Le printemps dernier, les élèves, les parents, les enseignants, les travailleurs de l’éducation et le NPD ont envoyé à Doug Ford un message fort et clair, affirmant qu’augmenter la taille des classes était une très mauvaise idée. Cela aura des conséquences désastreuses à long terme pour les étudiants ontariens. De toute évidence, Ford n’écoutait pas.

 

Les conservateurs de Ford ont eu une première année très difficile au pouvoir. La popularité de Ford a atteint un score inférieur à celui de Kathleen Wynne à la fin de son dernier mandat. Ford est inquiet! À la onzième heure, à peine 10 jours avant le début des cours, Ford et le ministre Lecce ont essayé d'atténuer le choc en disant qu'ils étaient prêts à revoir les plans de la taille des classes. Franchement! Doug Ford utilise avec insouciance nos enfants comme pions politiques,pensant que ce sont des pièces sur un échiquier avec lesquelles il peut jouer. Il sait que la tâche monumentale de refaire les offres de cours et les emplois du temps pour des milliers d'étudiants au dernier moment est absolument impossible à ce stade. Mais les conservateurs ne faisaient que modifier le message, et non pas annuler ou réviser les réductions. La taille des classes augmente, des milliers d’emplois d’enseignants et d’éducateurs sont supprimés et les écoles ontariennes vont se dégrader au lieu d’être améliorées.

 

N’oubliez pas que Ford a coupé discrètement plus d’un milliard de dollars en santé publique, soit 25 des 35 centres de santé publique de la province. Ces coupures ont mis en péril le programme de nutrition scolaire. Les programmes de nutrition en milieu scolaire aident les enfants à se nourrir pour se concentrer et réussir dans la classe. Ces coupures signifient non seulement que plus d'enfants auront faim, mais que plus d'enfants auront plus de difficulté à suivre le rythme de la classe.

 

Maintenant, malgré tous les problèmes qui sévissent dans notre système éducatif, je voudrais saluer Barney Deforge, de la renommée Barney's Bargain Barn, ainsi que tous les bénévoles de Homeland Mission qui ont contribué à la campagne de retour à l'école à la fin d'août. Ils essaient de contrer les coupes dans les programmes de nutrition scolaire et les attaques sur les portefeuilles des parents. Selon Barney, plus de 560 000 livres (254 000 kg) de nourriture et de fournitures ont été offerts gratuitement à quiconque en avait besoin. Cela représente plus de 2 millions de dollars en vivres, fournitures scolaires et autres biens. Ce qui n’a pas été distribué à l’événement a été emballé et envoyé aux communautés voisines pour partager la prime.

 

Il faut parler plus souvent des personnes comme Barney Deforge et les innombrables travailleurs et bénévoles de Homeland Mission représentent ce qu’il y a de mieux dans les communautés du Nord. Bravo à eux d’avoir fait une différence dans la vie de nos enfants.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député  

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload