Chronique de Queen's Park

November 18, 2019

Vous savez, vous n’avez pas besoin d’un doctorat en psychologie ou d’une maîtrise en éducation pour connaître le meilleur moyen de susciter les comportements que vous souhaitez chez les autres. Je vais vous le prouver ici même.

 

Supposons que vous souhaitiez que votre enfant prenne l’habitude de faire son lit avant l’école ou de raccrocher son manteau lorsqu’il passe la porte. De quelle manière serait-il plus efficace d'encourager ces comportements dans leur esprit? A) Utiliser des techniques de renforcement négatives, telles que leur faire perdre du temps à l’ordinateur lorsqu'ils oublient et en montrant à tout le monde à quel point ils sont irresponsables jusqu'à ce qu'ils le fassent? Ou B) Utilisez un renforcement positif comme en récompensant le temps passé avec vous à faire quelque chose qui leur plaît, en leur offrant une gâterie ou un temps supplémentaire à l’ordinateur et en faisant un suivi chaleureux?

 

De telles leçons n’exigent pas de diplôme. C’est vraiment le cours « Être parent » auquel nous participons tous au fur et à mesure que nos enfants grandissent. Certes, ce ne sont pas tous les enfants qui réussissent le cours, mais sachant que Doug Ford a quatre enfants, je ne vois pas comment cette leçon pourrait le passer.

 

Tout le monde sait ce que pense Doug Ford de la taxe fédérale sur le carbone et de toute la question du changement climatique. Il est clair que ses convictions sont conformes à celles de son homologue en Alberta et au niveau fédéral, ainsi que de son ami à Washington D.C. Toutefois, il est clair que les stratèges conservateurs savent très bien ce que la plupart des Ontariens et Ontariennes pensent de la question. Le changement climatique est réel et nous devons faire quelque chose. Malheureusement, il semble que les conseillers de Ford pensent que c’est suffisant que la province semble apparaitre qu’elle fait quelque chose.

 

Le mois dernier, le ministre de l'Environnement, Jeff Yurek, a annoncé que le plan conservateur consiste à infliger des amendes et à pénaliser tous les pollueurs. Les conservateurs appliqueront des lois et des règlements punitifs pour les « encourager » à soutenir des projets environnementaux locaux. Dans son communiqué de presse du 31 octobre, Yurek a déclaré: « Nous proposons d'élargir le recours aux sanctions administratives financière à un plus grand nombre d'infractions environnementales et de réinvestir de l'argent pour soutenir des projets qui apportent des solutions locales aux problèmes environnementaux. » Il a ensuite expliqué que leur plan consiste à appliquer des sanctions sévères mais justes. Les sanctions seront utilisées, a-t-on dit, pour soutenir des projets communautaires, tels que la restauration des habitats d’espèces menacées, la plantation d’arbres, le ramassage des déchets, etc.

 

Encore une fois, vous n’avez pas besoin d’un diplôme pour reconnaître que leur stratégie est un renforcement négatif. Demandez à n'importe quel enseignant à quel point il est efficace de donner des lignes à ses élèves ou de manquer le cours de gym en tant qu'outil comportemental à long terme. Ils vous diront que le renforcement négatif est inefficace. Il vaut mieux utiliser un renforcement positif.

 

Vous vous demandez peut-être à quoi ressemblerait un renforcement positif lorsque les gouvernements tentent d'influencer les entreprises vers un comportement approprié en termes de protection de l'environnement. Eh bien, ils pourraient ressembler beaucoup à l'accord de plafonnement et d'échange entre l'Ontario et le Québec et la Californie que Doug Ford a déchiré. Dans ce système, les entreprises qui réduisaient leur empreinte carbone à des niveaux inférieurs aux objectifs spécifiés se voyaient récompensées par la possibilité de vendre leurs crédits de carbone à des entreprises qui ne respectaient pas cet objectif. Les revenus versés par les entreprises qui n'atteignent pas l'objectif fixé peuvent être redistribués à la population de l'Ontario sous forme de subventions et de rabais afin d'aider à améliorer l'efficacité énergétique de nos maisons, de nos écoles et de nos bâtiments publics.

 

Dans la publication du 2 novembre du Toronto Star, il est indiqué que le groupe de pression Environmental Defence affirme que le projet de loi conservateur offrira aux pollueurs un avantage considérable en éliminant les amendes quotidiennes. L’article cite le porte-parole du groupe qui a déclaré: « C’est moins d’argent et cela élimine toute incitation pour quelqu'un qui se fait prendre et d’arrêter ce qu'il est en train de faire. »

 

Le gouvernement Ford a proposé de supprimer une amende de 100 000 dollars par jour pour les pollueurs environnementaux et de la remplacer par une amende  de 10 000 dollars (soit une réduction de 90%). De plus, le gouvernement s'efforce de limiter les amendes environnementales à un maximum global de 200 000 $. Cela signifie qu'une entreprise qui déversera des déchets toxiques dans un lac pendant 10 jours se verra infliger une amende de 200 000 $ au lieu d'un million de dollars.

 

C’est également décevant que Ford ait renié sa promesse de se conformer à la décision des électeurs ontariens lors de la récente élection fédérale. Avant les élections, Ford avait déclaré que les électeurs - et non les tribunaux - devraient décider de l’avenir du programme canadien de taxe sur le carbone. Il a promis que si les électeurs ontariens utilisaient l'urne pour faire une déclaration en élisant un gouvernement libéral plutôt que conservateur, il abandonnerait la contestation judiciaire de la taxe sur le carbone imposée par le gouvernement fédéral. Les résultats étaient clairs. Les Canadiens ont attribué deux tiers des sièges aux libéraux, néo-démocrates, verts et au Bloc québécois. Les Ontariens ont envoyé un message encore plus clair lorsque les électeurs ont placé les partis en faveur de la taxe sur le carbone dans 70% des sièges disponibles dans la province.

 

Le premier ministre conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a compris le message. Il a déclaré que son gouvernement respecterait la volonté du peuple et se conformerait désormais à l'obligation du gouvernement fédéral de fixer un prix pour les combustibles fossiles. Mais Doug Ford a déclaré qu’il avait changé d’avis sur l’abandon du dossier, même si le message était clair. Il continuera de dépenser 30 millions de dollars en impôts pour contester la réglementation fédérale devant les tribunaux et mener une grande campagne de publicité pour tenter de convaincre les Ontariens que son comportement est meilleur. La question est, mieux pour qui? Parce que ce n’est certainement pas la population de l’Ontario ou du Canada.

 

C’est triste d’ajouter une autre promesse brisée des conservateurs à la liste grandissante.

 

La pratique ancienne et inefficace annoncée du renforcement négatif des entreprises est une mauvaise nouvelle pour la population ontarienne moyenne. Il est temps que les conservateurs abandonnent leurs méthodes traditionnelles et utilisent des stratégies plus avancées.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload