Chronique de Queen's Park

December 2, 2019

« L'éducation est le passeport pour l'avenir, car demain appartient à ceux qui s'y préparent aujourd'hui. » De nombreux lecteurs identifieront facilement cette citation de Malcom X, éminent défenseur des droits de la personne des années 1960. Je crois sincèrement que l'un des plus grands cadeaux qu'une société puisse offrir à ses jeunes est une bonne éducation qui les préparera à tout ce qu’ils devront affronter dans l'avenir.

 

Malheureusement, ici en Ontario, il semble que notre système d’éducation soit devenu une cible fréquente du gouvernement conservateur de Ford. Une recherche rapide sur Internet des titres sur les changements apportés à l'éducation en Ontario affichera rapidement une longue liste de problèmes directs et indirects.

 

L’un des problèmes les plus troublants est le retard des travaux de réparation nécessaires dans de nombreuses écoles de la province. C'est une question de santé et de sécurité. Sous les libéraux, les réparations ont atteint un prix ridicule de 15,9 milliards de dollars. Et maintenant, sous Doug Ford, le prix a augmenté de 400 millions de dollars pour atteindre un total de 16,3 milliards de dollars. N'oubliez pas que cela ne couvre pas les coûts de la nouvelle construction. Ceci est juste pour réparer nos écoles actuellement en activité. C'est pourquoi les étudiants doivent avoir recours à des manteaux et des mitaines dans leurs classes. Dans trop d’écoles, le chauffage ne fonctionne pas, des seaux servent à attraper les fuites des toits, et des abreuvoirs sont contaminées au plomb. Lorsque le gouvernement ne finance pas les réparations nécessaires dans les écoles, nos élèves en souffrent.

 

Au moins, quand les libéraux étaient au pouvoir, ils avaient prévu d'utiliser les fonds provenant de la bourse sur le carbone avec l’Ontario, le Québec et la Californie pour réparer les écoles. Une fois en poste, Doug Ford a déchiré l'accord, mais il n'a jamais proposé de solution de rechange pour couvrir les coûts de réparation des écoles.

 

Ford a également créé une situation de cauchemar pour plusieurs milliers d'étudiants en augmentant le nombre d'élèves par classe dans les écoles primaires et secondaires. L'augmentation de l'effectif des classes signifie que les étudiants auront moins d'attention individuelle, car l'enseignant doit répartir son temps entre plus d’élèves. Dans les écoles secondaires, la situation est encore pire car les classes nécessitant un plus petit nombre pour des raisons de sécurité doivent être compensées en ajoutant un nombre beaucoup plus important aux classes qui dépassent déjà la limite de 28 élèves. Cette décision imprudente aura pour résultat qu’il y aura 10 000 enseignants en moins pour travailler avec nos enfants dans toute la province au cours des quatre prochaines années.

 

Il y a quelques jours, le député provincial de Sudbury, Jamie West, et le député provincial, Guy Bourgoin, ont défié le gouvernement dans son attaque contre les étudiants francophones en éducation et contre les services offerts aux francophones. West et Bourgoin ont partagé l’information choquante selon laquelle les étudiants qui prévoyaient fréquenter la faculté d’éducation de l’université Laurentienne avaient appris que l’école n’offrirait plus leur cycle intermédiaire-secondaire, l’un des deux seuls programmes menant à un diplôme en français dans l’ensemble de la province. C'est une nouvelle dévastatrice pour les étudiants qui avaient planifié leurs études postsecondaires pour devenir enseignant au secondaire. West a demandé au ministre des Collèges et Universités: « Que direz-vous aux étudiants qui rêvent d'enseigner le français au secondaire, mais qui sont maintenant incapables de le faire? » Comment le gouvernement entend-il résoudre le problème de la pénurie d'enseignants francophones qui continue de croître?

 

Les attaques contre l’éducation vont bien au-delà des effets sur les élèves des écoles primaires et secondaires. Le printemps dernier, Ford a annoncé que son gouvernement était en train de supprimer l'aide financière accordée aux étudiants de niveau postsecondaire en effectuant des coupes dans le Régime d'aide financière aux étudiants de l'Ontario (RAFEO). Les coupes importantes dans les subventions non remboursables représentent la majeure partie du financement de plus de 700 millions de dollars provenant du ministère de la Formation et des Collèges et Universités dans le premier budget de Doug Ford. En conséquence, des milliers d'étudiants de la province voient leur rêve d'obtenir un diplôme ou un diplôme d'études collégiales leur permettant de trouver de meilleurs emplois dans la vie disparaitre sous leurs yeux.

 

S'il y a le moindre doute sur le manque de considération de la part de Ford pour les étudiants de niveau postsecondaire, il suffit de regarder la lettre de collecte de fonds qu'il a envoyée à son parti l'année dernière dans laquelle il attaque les syndicats d'étudiants. Dans sa lettre, il a révélé son complot politique contre les associations d'étudiants qui avaient résisté à son plan de réduction du RAFEO. La dernière chose que Ford souhaitait était une voix intelligente et organisée décriant ses décisions et politiques régressives. Il a donc décidé de modifier les frais de scolarité afin de permettre aux étudiants de choisir de ne pas payer certains coûts. Mais dans sa lettre de collecte de fonds du parti, Ford a manifesté son mépris pour les associations d’étudiants en écrivant: « Je pense que nous savons tous à quel genre de fous les associations d’étudiants insensés et marxistes se préparent. Donc, nous avons corrigé ça. Les frais d’association étudiante sont maintenant optionnels. »

Les associations d'étudiants font beaucoup pour les étudiants. Ils organisent des réductions sur le transport en commun, des photos pour les étudiants, des événements pour étudiants, des clubs, des centres de copie et des banques alimentaires, car de nombreux étudiants ne peuvent pas se permettre à la fois les frais de scolarité et la nourriture. Les associations étudiantes travaillent sans relâche pour assurer la sécurité de leurs élèves et leur santé mentale, pour promouvoir le bien-être et pour créer davantage d'opportunités sur le campus. Sans financement, les associations d'étudiants sont fustigées.

 

La bonne nouvelle est que collectivement, les associations d'étudiants ont poursuivi le gouvernement en justice et ont gagné. Les tribunaux ont déclaré qu'il était illégal pour le gouvernement Ford d'interférer dans le système de tarification des écoles autonomes. Le tribunal a clairement condamné la province, affirmant qu'elle avait surpassé son autorité.

 

Au cas où vous vous le demanderiez, ce qui précède n’est en aucun cas une liste complète des attaques que Doug Ford a perpétrées et continue de commettre sur notre système d’éducation. Les négociations avec les différents syndicats d'enseignants et de travailleurs de l'éducation ont mis en lumière beaucoup de choses. Doug Ford a délibérément choisi ce combat avec des enseignants, des travailleurs de l’éducation et tout le monde à l’école. Il sait comment y mettre fin: renversez ses coupures impitoyables dans l'éducation. Arrêtez les milliers de licenciements d’enseignants et d’éducateurs, arrêtez l’augmentation du nombre d’élèves, arrêtez le projet de tenir les cours en ligne plutôt que dans la salle de classe, et annulez la loi sur le plafonnement des salaires qui empêche les droits des travailleurs avant même qu’ils ne se rendent à la table des négociations.

 

« L'éducation est le passeport pour l'avenir, car demain appartient à ceux qui s'y préparent aujourd'hui. » Nos jeunes représentent vraiment notre avenir de manière très réelle. Nos enfants méritent tellement mieux que de voir leurs rêves d'éducation détruits par Doug Ford. Les néo-démocrates se joignent à des milliers de parents et d'étudiants de toute la province qui contestent la sagesse des plans et des politiques du gouvernement en matière d'éducation. Nous sommes reconnaissants aux travailleurs de l’éducation de prendre des mesures concrètes tout en veillant à ce qu’ils n’aient aucune incidence sur l’apprentissage des élèves ou sur leur sécurité. Nous espérons que Doug Ford agira rapidement pour inverser ses coupes et œuvrer pour une résolution à la table de négociation.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload