Chronique de Queen's Park

Les lecteurs sauront sans aucun doute que l’Assemblée législative de l’Ontario a commencé à reprendre ses activités, ce qui signifie qu’une fois de plus je me retrouve à Queen’s Park pour la majeure partie de la semaine. Revenir dans la Grande Ville au début était plutôt déconcertant. Les rues elles-mêmes semblaient différentes. Pas calme, mais plus vide que d'habitude. Voir autant de gens se promener avec des masques était également une révélation. Je dois admettre que je me sentais un peu… dans un nouveau monde.


Tous les députés ne sont pas encore de retour, car, comme tout le monde, nous devons apprendre à travailler avec de nouvelles réalités, qui respectent la nécessité de la distanciation physique, tout en nous permettant de bien faire notre travail. Alors que je m'asseyais là à regarder autour de moi pour préparer les prières d'ouverture, j'ai ri de moi-même alors qu'une phrase célèbre du film Le Magicien d'Oz me traversait l'esprit. Je ne pouvais pas m'empêcher de me pencher pour chuchoter à un collègue voisin en disant: « Toto, j'ai l'impression que nous ne sommes plus au Kansas. »


Puis les paroles du poète Robert Frost me sont venues à l'esprit. Il a dit un jour: « En trois mots, je peux résumer tout ce que j'ai appris sur la vie: Et ça continue. » En vérité, j'ai ressenti du réconfort dans ces mots.


Avant d'aller plus loin, je tiens à dire que je suis extrêmement fier de la façon dont la population d'Algoma-Manitoulin a, et continue de répondre à la pandémie et à tous les changements qu'elle a provoqués. Dire que mon bureau était submergé par des centaines d'appels et des milliers de courriels serait un euphémisme. Il était presque impossible pour mon personnel et moi de répondre à toutes les demandes et les choses étaient parfois en retard. Cependant, je suis heureux de dire que les gens de cette circonscription ont relevé le défi et ont été extrêmement patients et compréhensifs. Si rien d'autre, cette expérience m'a donné l'occasion de parler directement avec tant de résidents et de propriétaires d'entreprises avec qui je n'avais pas eu la chance de parler auparavant.


Je dois également remercier mon équipe de bureau alors que nous travaillions de manière positive pour répondre aux besoins de tous les résidents et des propriétaires d'entreprise. Si vous avez des raisons de communiquer avec mon bureau à l'avenir, prenez un moment pour remercier les membres de mon équipe, Cindy, Grant, Thomas et Vicky, pour leur dévouement et leur travail acharné au service de la population d'Algoma-Manitoulin.


Il ne fait aucun doute que nous avons tous connu des degrés divers de perte et même de peur parfois à travers un large éventail de problèmes et d'événements. Cependant, le seul problème qui semble se démarquer le plus dans l'esprit des gens est notre incapacité en tant que société à protéger l'un des segments les plus vulnérables de la population - les personnes âgées en soins de longue durée (SLD). Quant aux statistiques, elles parlent d'elles-mêmes. Selon la CBC, « une nouvelle étude révèle que la proportion de décès dus à la COVID-19 au Canada qui se sont produits dans des établissements de soins de longue durée représente environ le double de la moyenne des taux des autres pays développés. » En fait, environ 75% de ceux qui ont perdu la vie à cause de la COVID-19 étaient des personnes âgées et du personnel en soins de longue durée.


Il ne fait aucun doute que la responsabilité d'assurer des soins appropriés aux personnes âgées de l'Ontario incombe à la province. Les politiques de Doug Ford de couper, couper, couper ne sont tout simplement pas acceptables. Ford a choisi d'ignorer les avertissements du NPD concernant des fissures majeures dans les SLD bien avant la pandémie. Il a fallu un rapport cinglant de l'armée canadienne pour enfin mettre au premier plan les conditions dans lesquelles de nombreuses personnes âgées vivaient jour après jour et année après année.


• Aînés hospitalisés pour déshydratation et malnutrition.

• Des résidents qui étaient dans leurs lits pendant des jours à la fois.

• Des personnes âgées avec des plaies de lit absolument horribles.

• Des résidents demandant pendant des heures pour aller aux toilettes ou assis dans des vêtements souillés toute la journée ou la nuit parce que leurs demandes sont restées sans réponse en raison de ratios personnel/patient impossibles.


Le plus triste, c'est que tout cela aurait pu être évité. Les fissures, ou plutôt les gouffres dans ce cas, ont été causées parce que Ford a pratiquement éliminé les inspections surprises des installations de SLD. Malgré les affirmations de Ford et de la ministre des SLD, Merrilee Fullerton, selon lesquelles des milliers d'inspections ont été effectuées, une vérification des faits de la CBC a révélé qu'en 2019, seules 9 inspections complètes ont eu lieu en Ontario.


Lorsque Ford a été élu pour la première fois, son message aux Ontariens était qu'il était là pour le « vrai monde » - ceux qui sont les plus vulnérables. À mon avis, les aînés des SLD comptent pour du « vrai monde ». Pourtant, l'abandon de Ford a entraîné des maladies évitables, de la négligence, des chagrins et même la mort.


Maintenant qu'un scandale du plus haut niveau s'est développé, Ford a déclaré qu'il envisagerait de créer une commission gouvernementale pour examiner la question. Une commission gouvernementale n'est rien d'autre qu'un simple examen. C’est comme un avocat jugeant son propre cas. Les commissions gouvernementales sont soumises à des processus partisans et n'ont aucune chance de produire les résultats globaux que les Ontariennes et Ontariens méritent.


Les néo-démocrates demandent une enquête publique indépendante et non partisane sur les défaillances de notre système de SLD. Une enquête publique comprendra des experts indépendants sans programme prédéterminé et sans retour en arrière. Il est habilité à prendre des mesures immédiates à tout moment au cours du processus d'enquête pour corriger les choses que nous savons tous être des problèmes dans les maisons de soins infirmiers - du manque de repas nutritifs au manque de personnel à chaque quart de travail, etc.


Andrea Horwath et le NPD de l'Ontario veulent un système public de soins aux personnes âgées sans but lucratif. Un nouveau modèle de soins aux personnes âgées ne fermerait pas les foyers, mais changerait plutôt de propriétaire. Le NPD envisage une politique de soins aux personnes âgées qui garantirait que suffisamment de personnel soit affecté à chaque quart de travail pour répondre aux besoins des résidents et fournir les soins dont ils ont besoin et qu'ils méritent. Les inspections surprises seraient la norme pour s'assurer que les familles peuvent avoir confiance dans les soins que leurs proches reçoivent.


Tout au long de cette crise, mon personnel et moi-même avons été et continuerons d'être disponibles. Appelez ou écrivez au bureau si nous pouvons offrir de l'aide ou des ressources. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca, par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin