Chronique de Queen's Park

C'est merveilleux de pouvoir sortir encore et encore après avoir été enfermé pendant si longtemps, même après la fin de l’hiver. Les gens sont ravis de pouvoir enfin profiter des occasions de sortir et de parler à des gens qu'ils ont été contraints d'éviter à cause de l'épidémie de COVID-19. La bonne nouvelle est que, en général, les gens continuent automatiquement de respecter la distanciation sociale.


L'autre soir, je me promenais pour me détendre et j’ai rencontré un monsieur âgé qui a profité d'une assez longue perspective sur la vie. Nous avons commencé à parler d’à quel point ces jours-ci sont troublants pour les Canadiens. J'ai dit que les gens doivent faire face à des situations et faire des sacrifices comme la plupart n'en ont jamais vu. J'ai dit qu'il serait intéressant de voir avec le temps ce que les livres d'histoire auront à dire sur 2020. J'ai dû rire à haute voix quand le gars a répondu de façon désinvolte avec un sourire narquois: « Plus ça change, plus c’est pareil. Parfois, je pense que ces historiens n’ont pas la moindre idée de la réalité. » Il a ensuite parlé de son point de vue sur les années de guerre au Canada du point de vue d'un enfant.


Les commentaires de ce monsieur ont apporté le point de vue de nos enfants sur la situation actuelle. Maintenant, tout comme dans les années 40, le bien-être et la sécurité des enfants est primordiale. Il n'y a pas de responsabilité plus importante sur nos épaules. Cela m’a amené à penser qu’il serait intéressant pour nous tous, des années plus tard, de pouvoir revenir sur ces jours avec une perspective comme celle de ce monsieur.


Comment percevrons-nous 2020 dans les livres d'histoire?


Les parents ont dû apprendre rapidement à jongler avec leur vie, à s'occuper de leurs petits, à aider les enfants d'âge scolaire à suivre l'apprentissage à distance et à travailler à domicile après le confinement de la province. Les parents appellent ou écrivent à mon bureau pour dire qu'ils sont de plus en plus préoccupés par ce qui va se passer au début de l'année scolaire. Les Ontariens savent que l'été sera terminé en un clin d'œil. Si le gouvernement ne s'organise pas maintenant pour mettre l'Ontario sur la voie d'un retour complet, en toute sécurité, aux cours pour les élèves en septembre, certains parents devront peut-être abandonner le marché du travail.


Les néo-démocrates appuient les plans qui mènent à des classes plus petites et sécuritaires basées sur une semaine d'école de cinq jours pour la prochaine année scolaire. Nous croyons fermement que nous pouvons assurer la sécurité de nos enfants en les plaçant dans des classes plus petites. Outre la réduction des risques pour la santé, cela permettra d'améliorer considérablement le ratio enseignant / élève, ce qui signifie que plus de temps pourra être consacré à l'instruction de chaque enfant. Ces actions sont nécessaires pour offrir à nos jeunes l'éducation dont ils ont besoin pour affronter l'avenir. Faire moins que ça serait comme abandonner nos enfants.


Doug Ford et le ministre de l'Éducation Lecce n'ont pas fait le travail nécessaire pour créer des plans tangibles et détaillés qui sont réellement réalisables. Au lieu de cela, ils ont simplement dit à tous les conseils scolaires de l'Ontario d'être essentiellement prêts à faire face à tout et n'importe quoi. Il n'y a pas de véritables directives; aucune promesse de fournir le financement nécessaire pour s'adapter au changement; pas de continuité; aucune promesse de quoi que ce soit.


Les trois modèles hybrides proposés par les conservateurs forceront avec une certitude absolue d’innombrables parents à quitter le marché du travail - et nous savons tous que ce sont les femmes qui vont en subir les conséquences.


Les Ontariennes et les Ontariens accordent la plus grande importance au bien-être et à l'avenir de leurs enfants et privilégient l'éducation. Doug Ford nous dit qu’il n’a pas de boule de cristal pour connaître l’avenir. Très bien - personne ne peut prédire l’avenir. Nous comprenons cela. Mais vous n'avez pas besoin d'une boule de cristal pour faire de vrais plans qui incluent une direction qui intègre la flexibilité nécessaire menant au succès. Quel que soit l’avenir, il est plus qu’évident que pour répondre aux besoins de nos enfants, cela va nécessiter des investissements considérables en éducation.


Doug Ford refuse de fournir le financement nécessaire pour répondre aux besoins de nos enfants. Quel genre de leadership voit-on là?


Les lecteurs de cette chronique se souviendront que l'automne dernier, lorsque l'Assemblée législative a entamé une nouvelle session, les néo-démocrates ont juré non seulement de « s’opposer », mais aussi de « proposer » afin d'apporter des changements positifs dans cette province. C’est pourquoi le NPD a appelé le gouvernement à adopter des plans qui mèneront à un retour sûr à l’école. Notre plan comprend:


• Embaucher plus d’enseignants;

• Embaucher plus de travailleurs de l'éducation, y compris des assistants pédagogiques, des gardiens pour assurer la sécurité et la désinfection des salles de classe, et embaucher plus d'éducateurs de la petite enfance pour garantir plus de places en garderie;

• Trouver plus d'espaces de classe, y compris des salles de classe fermées, des bibliothèques et des espaces provinciaux et municipaux inutilisés, comme des centres de loisirs;

• Assurer un financement supplémentaire pour soutenir les élèves en difficulté et les élèves ayant des besoins spéciaux

• Développer un plan pour répondre aux besoins des étudiants noirs, autochtones et racisés dont les communautés ont été touchées de manière disproportionnée par la COVID-19.


La porte-parole néo-démocrate en matière d'éducation, Marit Stiles, a déposé une motion, exhortant le gouvernement à mettre en œuvre ces mesures, et plus encore, dans le cadre d'un plan d'action d'urgence.


La seule façon d'assurer la santé et le succès de nos enfants est que le gouvernement Ford commence à travailler avec ses partenaires de l'éducation sur des solutions qui permettront aux enfants de retourner à plein temps dans des salles de classe plus petites et plus sûres en septembre. Doug Ford et le ministre Lecce ont travaillé sur la suppression de milliers d'emplois dans l'enseignement et la hausse du nombre d’élèves par classes. C'est complètement contraire à ce dont les enfants et les parents ont besoin pour retourner à l'école et travailler en septembre.


Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin