Chronique de Queen's Park

Au moment où j’écris la chronique de cette semaine, assis ici, dans mon bureau de Queen’s Park, c’est le jour après que les conservateurs ont déclaré les vacances d’été de l’Assemblée législative de l’Ontario. Pour la deuxième fois seulement de ma carrière, je me suis retrouvé à la Chambre pendant les mois d'été. Cependant, je ne le regrette en aucun cas. Il ne fait aucun doute que la séance prolongée était bien plus qu'essentielle. C'était urgent.


Certains lecteurs peuvent comprendre le sentiment que vous ressentez lorsque vous attendez avec impatience la fin de la journée juste avant de partir en vacances, mais le patron vous dit que vous devez reporter vos vacances. Ou pour les jeunes lecteurs, lorsque vous prévoyez que votre journée d'école se termine et que l'enseignant vous oblige à rester pour un travail supplémentaire. Eh bien, laissez-moi vous dire que ce n'est pas du tout ce que mes collègues néo-démocrates et moi avons ressenti cette semaine. Nous savons qu'il y a du travail à faire et que ce fut une excellente occasion pour l'Ontario d'apporter les changements indispensables à de nombreux problèmes, notamment les soins de longue durée, les soins de santé, l'emploi et l'éducation. L'apparition de l'épidémie, aussi horrible soit-elle, a également apporté avec elle un potentiel, une opportunité incroyable.


Ce matin, j'ai écouté Andrea Horwath lors d'une conférence de presse résumant ses réflexions sur la session que nous venons de conclure. Elle a parlé au nom de tous les néo-démocrates lorsqu'elle a exprimé sa sincère déception face à l'occasion manquée que l'Ontario vient de vivre. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser à la réplique du grand acteur Marlon Brando dans le film classique américain, On the Waterfront, "Je pourrais être un candidat." Notre dernière session - pourrait aussi être un candidat.


Maintenant, je partage exactement le même désir profond que la plupart des politiciens. Ce que je veux le plus dans ma carrière, c'est de faire une différence. Je ne pense pas que nous ayons apporté suffisamment de changements positifs cette fois-ci. Nous avons eu tellement d'occasions d'aider les gens à surmonter l'épidémie de COVID-19. Le gouvernement avait des semaines pour faire le travail, mais il a raté l'objectif.


Par exemple, regardez la détermination de Doug Ford de faire passer trois factures avant la pause. Pour ce faire, il a ignoré les normes de la démocratie telles que la consultation publique et le débat à l'Assemblée législative. Quel que soit le titre que Ford attribuait aux factures, son objectif principal était de saisir et d'étendre ses pouvoirs spéciaux d'urgence et de récompenser les initiés bien connectés au détriment des gens ordinaires.


Avec le projet de loi 195, «Loi sur la réouverture de l'Ontario», Ford s'est donné des pouvoirs sans précédent et antidémocratiques pour établir des règles en secret derrières les portes fermées. Même la députée de Ford, Belinda Karahalios (Cambridge), a voté contre le projet de loi 195, elle estime que les pouvoirs octroyés par cette loi sont excessifs. Les néo-démocrates et les personnes partageant les mêmes idées félicitent Mme Karahalios pour sa position de principe - une position pour laquelle Doug Ford l'a punie en l'expulsant de son caucus. Il est clair que Ford a toujours pour mission d’attaquer quiconque est en désaccord avec lui. Ce n’est pas la démocratie à son meilleur.


Le COVID-19 a causé de terribles difficultés à des milliers de familles ontariennes parce que beaucoup se sont retrouvées sans travail et ont dû décider de nourrir les enfants ou de payer le loyer. Alors, comment Doug Ford les aide-t-il? Il enfonce le projet de loi 184, la Loi sur la protection des locataires et le renforcement du logement communautaire. Cette loi fait exactement le contraire de la protection des locataires. En vertu de la loi actuelle, toutes disputes entre propriétaire et locataire doivent être entendus par la Commission de la location immobilière. Cette loi permet désormais aux propriétaires d'expulser plus facilement les locataires, ce qui est la dernière chose dont les Ontariens ont besoin alors que la pandémie se poursuit et que nous sommes confrontés à une éventuelle deuxième vague du virus.


Ensuite, nous avons la législation radicale de Ford, le projet de loi 197, loi visant à favoriser la reprise économique face à la COVID-19. Ce projet de loi omnibus que les conservateurs de Ford ont présenté ne fait rien du tout pour aider les familles, les foyers de soins de longue durée dévastés, les petites entreprises, les écoles, les garderies, les Premières Nations et les municipalités à se remettre de la pandémie du COVID-19.


Ce projet de loi global n'inclut pas un seul changement pour protéger les résidents des établissements de soins de longue durée, améliorer la qualité des soins ou augmenter les salaires du personnel. Ce projet de loi n'inclut pas un sou pour les petites et moyennes entreprises qui sont encore en difficulté. Il n’ajoute même pas une place de plus en garderie, ni n’augmente le nombre de salles de classe, d’enseignants ou de travailleurs de l’éducation pour que tous les élèves puissent retourner à l’école en toute sécurité. Le projet de loi 197 n’inclut pas un seul sou pour les municipalités, qui font face à des milliards de dollars de déficits et de coupes. Il n’inclut rien non plus pour soutenir les communautés des Premières Nations, qui luttent toujours pour tenir le virus à distance et n’ont même pas accès à l’eau potable, et encore moins à un accès équitable aux soins de santé. Et il ne fournit pas les jours de maladie payés dont tous les travailleurs ont besoin.


Ce que fait le projet de loi 197, c’est de réduire radicalement les protections environnementales, permet aux conseils scolaires de nommer des directeurs de l’éducation qui n’ont aucune qualification en enseignement et il remplit les poches des amis de Ford qui sont grands-développeurs.


Ce que j’aimerais savoir… à qui est destiné le projet de loi 197, car ce n’est certainement pas à l’Ontarien moyen.


Comme je l'ai dit plus haut, je crois vraiment que la seule chose que je veux le plus dans ma carrière est de faire une différence; et cela est vrai des députés des deux côtés de la Chambre. Là encore, je peux honnêtement dire que mon équipe de hockey préférée (qui partage la même couleur que les conservateurs) a rêvé de remporter la coupe Stanley depuis la saison 1967, mais termine chaque année la saison au début du printemps. J'entends mon équipe prononcer la même citation que Marlon Brando. Je suis sûr que Doug Ford s'est éloigné de cette session avec la même ligne de film sur les lèvres.


Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin