Chronique de Queen's Park

August 10, 2020

La gravité est une chose tellement merveilleuse. C'est l'une des seules choses de l'univers sur lesquelles nous pouvons vraiment compter pour être là et agir avec une force connue, cohérente et prévisible. Depuis la nuit des temps, nous comptons sur la gravité dans de nombreux aspects de notre vie. Par exemple, la gravité est en partie responsable de l'apport de pluie nécessaire au sol pour notre agriculture. Elle est également responsable du débit constant de nos rivières et ruisseaux pour remplir les lacs et les océans. Les scientifiques et les inventeurs comptent sur la constance de la gravité pour créer certaines des plus grandes inventions du monde ou même des plus simples comme la vieille horloge grand-père. La gravité continue de tirer vers le bas les poids qui maintiennent le pendule dans un rythme parfait.

 

Même les politiciens savent utiliser la gravité. L'ancien premier ministre de l'Ontario Mike Harris était un maître de l'utilisation des forces de gravité. Son gouvernement a été celui qui a choisi de transférer beaucoup de responsabilités provinciales au niveau municipal. Maintenant, je n'ai aucune preuve de cela, mais je suis fermement convaincu que Harris a fondé le concept de déversement de responsabilités vers le municipal sur des observations personnelles de « choses » qu'il aimait envoyer en descente. Il suffit de demander à toute personne occupant un poste de niveau d’entrée dans une grande entreprise ou organisation quelle est la « chose » la plus rapide au monde qui lui revient de la part de supérieurs hiérarchiques.

 

Au cours des dernières semaines, les dirigeants municipaux de l'Ontario ont désespérément demandé du financement et du soutien pour les aider à traverser la pandémie de COVID-19. Les municipalités de toute la province font partie de la ligne de front multiforme pour protéger les gens contre le virus. Ils ont été contraints de fournir des centaines de millions de dollars pour couvrir des coûts imprévus tout en subissant une perte historique de recettes fiscales. Les municipalités se retrouvent maintenant à mi-chemin de l'exercice à payer d'énormes factures monstrueuses, mais n'ont guère de choix sur la façon de récupérer ces fonds autrement qu'en augmentant les taxes foncières, les frais d'utilisation et autres frais. Cela et/ou couper les services essentiels sur lesquels nous comptons tous vraiment. De telles réductions de services ou augmentations de l'impôt foncier ne feront que nuire aux personnes que les gouvernements fédéral et provinciaux ont travaillé si fort pour protéger pendant la pandémie. Il est clair que ces plans sont contre-intuitifs.

 

Pendant deux ans avant la pandémie, Doug Ford a utilisé la technique de Mike Harris et a procédé à des coupes importantes dans le financement municipal, y compris des coupes dans la santé publique, les services ambulanciers et la garde d'enfants. Ford a également retiré la part promise aux municipalités du transfert existant de la taxe sur l’essence.

Après des semaines de disputes et de négociations entre les gouvernements fédéral et ontarien, Ford a annoncé que l'Ontario se joindrait au gouvernement fédéral pour distribuer un financement ponctuel pouvant atteindre 4 milliards de dollars. Eh bien, si c'était juste pour lancer les choses comme une initiative à plus long terme, cela pourrait en fait aider à relancer l'économie. Mais Ford dit que c'est un événement unique.

 

Comme je l'ai dit plus haut, les « choses » descendent très rapidement jusqu'à ce qu'ils touchent le fond, laissant nos partenaires municipaux faire une grande partie du gros du travail. Ce gros travail comprend le financement de la santé publique, de la garde d'enfants, des établissements de soins de longue durée municipaux et plus encore. Bien que le financement récemment annoncé puisse donner un peu de répit aux municipalités qui souffrent des coûts d'une pandémie, il est incroyablement en deçà de ce qui sera nécessaire pour protéger les emplois et les services publics à long terme.

 

Les conseils municipaux de toute la province sont obligés de trouver des moyens de réduire les coûts dès maintenant. De telles décisions ne peuvent pas être retardées. Ils doivent expliquer comment:

 

• Fournir le soutien nécessaire aux enfants, aux familles et aux personnes âgées

• Quels services essentiels couper ou réduire, y compris des piliers tels que les pompiers, la police et les services paramédicaux ainsi que la santé publique

• Fermeture des parcs publics, des lieux culturels et des programmes de loisirs

• Réductions, mises à pied et report de l'embauche du personnel municipal nécessaire et des services associés

• Annulation ou report supplémentaire des réparations et améliorations des infrastructures essentielles et des projets de logement communautaire indispensables

 

Donner 10 $ à quelqu'un qui a moins de chance dans la vie pourrait soulager sa faim immédiate, mais il aura besoin d'une aide continue pour l'aider à accéder à un abri et à une formation afin d'être en mesure d'améliorer sa situation générale. La population de l'Ontario a été touchée comme jamais auparavant dans l'ère moderne. Les municipalités de l'Ontario sont dans une situation similaire aux moins fortunés.

 

Les coupures de Doug Ford ont été profondes. Sans un engagement à long terme pour un financement municipal stable, les municipalités de l’Ontario seront forcées d’imposer de fortes hausses de l’impôt foncier, de licencier davantage de personnel et de réduire considérablement les services sur lesquels les gens comptent. Ce n’est pas une voie très prudente vers la reprise.

 

Je suis d'accord avec un article récent de mon homologue fédéral, la députée Carol Hughes. Carol a fait remarquer que la réponse commune de nombreux analystes financiers est que nous devrions tous être prêts à affronter des années d'austérité en raison des mesures de dépenses prises pour sauver les familles canadiennes, les entreprises et l'économie en général. Carol a déclaré que l'idée que l'austérité fera croître l'économie est l'un des premiers concepts mal placés qui doit être abandonné si nous voulons un jour nous remettre de cette pandémie. Elle a raison. Tout comme l'écrivait l'ancien poète et philosophe romain Titus Maccius Plautus: « Il faut dépenser de l'argent pour gagner de l'argent. »

 

Oui, la gravité fait partie des forces les plus fiables et prévisibles de l'univers. Mais si nous choisissons judicieusement nos voies, notre gouvernement peut réduire la certitude et la force d'être frappé par ce qui nous frappe.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload