Chronique de Queen's Park

August 31, 2020

Il y a tellement de façons d’apprendre et d’enseigner certaines des leçons les plus importantes de la vie. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le moyen le plus efficace est l'expérience personnelle. Cela ne veut pas dire, cependant, qu'un tel apprentissage est toujours agréable ou rapide. Certaines leçons prennent toute une vie à apprendre.

 

Outre l’expérience personnelle, l’un des moyens efficaces d’apprendre ou d’enseigner les leçons de la vie consiste à utiliser des histoires et des paraboles; une méthode pratiquée dans le monde entier par pratiquement toutes les cultures et sociétés. Les paraboles sont un moyen court et simple d'aider les gens à comprendre une vérité morale ou spirituelle. Les histoires captent l'attention des personnes de tout âge, stimulent la réflexion, nous aident à intérioriser les concepts et nous aident à nous souvenir des leçons facilement grâce au format des petites histoires. Dans la religion chrétienne, on dit que la Bible contient plus de 40 paraboles racontées par Jésus-Christ.

 

Je suis certain que de nombreux lecteurs connaissent bien la parabole des constructeurs sages et insensés qui ont construit leurs maisons sur la roche ou le sable. En un mot, le constructeur qui a érigé la maison sur le sable n'avait pas de base solide pour la structure. Lorsque les vents, les pluies et les vagues sont arrivés, la structure entière s'est effondrée parce que ce n'était pas une base solide sur laquelle bâtir. Mais le constructeur qui a choisi de construire sur la roche stable et fiable a eu plus de mal à ériger la structure au début, mais il a été capable de résister aux mêmes défis qui ont fait tomber l'autre structure.

 

Je mentionne cette parabole car, en plus du sens religieux, nous pouvons également trouver des leçons profanes importantes; leçons que je me demande si Doug Ford comprend car elles ont une incidence sur la pandémie de la COVID-19 que nous combattons.

 

L’économie de l’Ontario a été durement touchée. Tant de familles, de travailleurs, d'employeurs et de propriétaires d'entreprise ont vraiment du mal à rester à flot jusqu'à ce que les choses s'améliorent. Même si nous nous rétablirons sans aucun doute à terme, le rythme et la croissance de la reprise économique dépendent beaucoup de ce que nous faisons en tant que société et de ce que font nos dirigeants gouvernementaux. Nous devons compter sur nos chefs de gouvernement pour élaborer un plan de relance économique fondé sur la roche solide; pas sur du sable qui n'est pas stable ou fiable pour résister aux forces extérieures.

 

Tout d'abord, considérez l'état de la communauté des petites entreprises en ce moment. Les petites entreprises sont l’un des principaux moteurs de la reprise économique de l’Ontario. De nombreuses petites entreprises - ici même à Algoma-Manitoulin - font face au péril d'une lente reprise et, par conséquent, ne génèrent pas assez de revenus pour payer toutes leurs dépenses, y compris leur loyer. Au départ, Doug Ford a sagement protégé les propriétaires d'entreprise contre l'expulsion à cause de la pandémie. Mais cette protection prend fin le 31 août. Les entreprises en difficulté seront à la merci de leurs propriétaires.

 

Cela n'a aucun sens économique de rendre les petites entreprises vulnérables à l'expulsion dès maintenant. Au lieu de cela, le gouvernement Ford devrait offrir un soutien plus direct, y compris une réduction des loyers, pour sauver nos commerçants et protéger les emplois. Tout à coup, les petites entreprises pourraient voir leur fondation effacée parce que Doug Ford refuse de les soutenir. C'est pourquoi le NPD a proposé le plan « Save Main Street » qui prévoit une série de mesures pour soutenir les petites entreprises, les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif communautaires, avec notamment:

  • Une subvention de 75% pour le loyer commercial jusqu'à 10 000 $ par mois pendant trois mois

  • Un gel des paiements des services publics

  • Un fonds de redémarrage sécurisé et de mise en place du travail à distance, qui pourrait aider les entreprises à installer des barrières en plexiglas ou à acheter des EPI

  • Une période de grâce d'assurance automobile pour les taxis et les chauffeurs d'autopartage, établie en partenariat avec le secteur de l'assurance et l'Autorité de régulation des services financiers

  • Un fonds d'urgence désigné pour les petites entreprises et les entrepreneurs qui ont fait face à des obstacles historiques pour accéder au capital traditionnel, comme le propose la Chambre de commerce des Noirs du Canada.

De plus, la reprise économique de l’Ontario dépend fortement du retour en toute sécurité de nos enfants et de nos jeunes en classe. Doug Ford était impatient d’annoncer que son gouvernement fera tout ce qu'il faut et n'épargnera aucune dépense pour ramener nos enfants dans la salle de classe. Mais cette promesse ressemble plus à un mirage maintenant.

 

Le refus de Doug Ford d’intervenir et de faire les bonnes choses a mis les parents de toute la province dans une situation où ils n’ont pas de bonnes options. D'une part, les parents peuvent envoyer leurs enfants dans des salles de classe bondées, où la distanciation physique sera souvent absolument impossible, sachant que cela mettra leurs enfants et leurs proches plus âgés ou immunodéprimés encore plus à risque.

 

Les parents peuvent également choisir de garder leurs enfants à la maison et de continuer le jonglage qu’ils font depuis des mois, sachant qu’un isolement social continu pourrait avoir des effets néfastes sur la santé mentale et le bien-être des enfants. Pour de nombreuses familles, cela obligerait un parent à quitter son emploi. Étant donné que la réalité est que les femmes occupent de nombreux emplois moins bien rémunérés, ce sera un coup dur pour les progrès que nous avons réalisés pour les femmes sur le marché du travail.

 

Le gouvernement fédéral vient de fournir aux provinces 2 milliards de dollars dans le seul but d'aider à ramener les enfants en toute sécurité dans les salles de classe. Mais Doug Ford poursuit ses politiques de réductions de dépenses. Même avec cet énorme cadeau du gouvernement fédéral, il ne dépensera pas l'argent nécessaire pour réduire la taille des classes. Il préfère dépenser de l'argent dans une campagne de relations publiques pour vendre son programme de rentrée scolaire à prix avantageux, plutôt que d'investir pour s'assurer que les conseils scolaires, les écoles et les éducateurs bénéficient du soutien dont ils ont besoin pour des classes plus petites et plus sûres à l'automne.

 

Nous avons besoin d'un gouvernement qui, comme le bâtisseur avisé, élabore des plans fondés sur des fondations solides comme le roc, comme l'investissement dans nos enfants, nos écoles et nos petites entreprises. Au cours des dernières semaines, les gens d'Algoma-Manitoulin ont inondé mon bureau de lettres, d'appels et de courriels nous disant que Doug Ford met toute la fondation de son plan de retour à l'école sur une base instable. Sachant cela, les néo-démocrates ont proposé que le gouvernement embauche plus d'enseignants et de travailleurs de l'éducation - y compris des chauffeurs d'autobus, des gardiens et des aides-éducateurs - et assure plus d'espace pour les salles de classe. Et c'est pourquoi nous proposons de protéger un peu plus longtemps les petites entreprises contre les expulsions.

 

Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload