Chronique de Queen's Park

Après avoir vécu à temps partiel à Toronto pendant tant d'années, il n'est pas surprenant que je rencontre rarement quelqu'un qui ait beaucoup de bien à dire sur les trajets domicile-travail. Si quelqu'un souligne un avantage, il s'agit généralement de lui donner le temps de lire ou de réfléchir à des questions qui lui importent. J’ai la chance d’avoir un appartement à Toronto qui se trouve à distance de marche de Queen’s Park, donc je n’ai pas un long trajet à faire. Cependant, comme les lecteurs réguliers de cette chronique le savent, je passe au moins six heures à la fois à conduire chaque semaine de Toronto au bureau de circonscription d'Elliot Lake. Cette solitude ininterrompue me laisse beaucoup de temps pour réfléchir. Le voyage hebdomadaire n'est pas exactement ce que je préfère dans mon travail, mais au moins je peux y trouver quelque chose de bien.


En conduisant, j'ai entendu un talk-show dans lequel certains auditeurs pointaient du doigt les jeunes en général pour avoir propagé le virus avec leurs « fêtes ». Peindre un portrait aussi large d’une génération est selon moi injuste. Les plus jeunes n'ont certainement pas le monopole des comportements égoïstes. Chaque groupe d'âge a sa part de population égoïste. Il y a beaucoup d'exemples dont nous entendons parler dans lesquels des personnes d'âge moyen et des personnes âgées provoquent une scène dans les magasins parce qu'ils ne respectent pas les règles et ne portent pas de masque. C'est aussi une pensée égoïste. Regardez ou lisez les actualités n'importe quel jour de la semaine, vous découvrirez des jeunes qui sont déterminés à faire une différence positive dans la vie des gens et qui se mobilisent pour répondre aux besoins pendant la pandémie.


L'une de mes expressions idiomatiques préférées est: « Parfois, nous ne pouvons pas voir la forêt à cause des arbres. » Ces jeunes proactifs, qui sont sans aucun doute plus nombreux que le segment égocentrique le moins admirable de la génération, ont tendance à être bloqués aux yeux du public alors que les autres attirent davantage l’attention des médias en raison de leurs tendances sensationnelles.


Dernièrement, la question du retour des enfants à la garderie, à l'école primaire et secondaire fait les gros titres - et à juste titre. Nos enfants sont notre ressource la plus précieuse. Juste avant cela, l'accent était mis sur l'amélioration des soins aux personnes âgées dans les établissements de soins de longue durée. Cela reste également une question hautement prioritaire.


Mais il semble que nos jeunes qui retournent aux études postsecondaires prennent un peu de recul depuis que la pandémie a été déclarée. Les élèves sont fiers de gagner leur chemin à l'école. La recherche d'un emploi d'été pour payer leurs frais de scolarité est essentiel dans l'expérience globale d'apprentissage pour réussir dans ce monde. Cela revient à apprendre une compétence de vie. Mais la pandémie a interdit à des milliers d'étudiants de se trouver un emploi d'été, ce qui signifie qu'ils sont confrontés à des obstacles majeurs dans la réalisation de leur plan de vie. Ce n’est pas du tout différent du dilemme auquel de nombreuses familles sont confrontées parce qu’un parent se retrouve au chômage et qu’elles ne peuvent pas payer leurs factures de nourriture, de services publics, leur hypothèque ou leur loyer.


Les étudiants de niveau postsecondaire de l'Ontario ont eux aussi besoin d'aide avant que leur projet de vie ne s'arrête.


Il est important de noter que les étudiants de niveau postsecondaire de l'Ontario payaient déjà certains des frais de scolarité les plus élevés au Canada et qu'ils avaient un endettement moyen de 28 000 $. J'ai entendu de nombreux étudiants et de leurs parents dire que la pandémie de COVID-19 a intensifié leur fardeau financier, entraînant des pertes d'emplois pour beaucoup d'entre eux et leurs familles, et rendant d'autant plus difficile de payer les frais de scolarité.

Pendant la pandémie, les étudiants ont vu diminuer leurs possibilités d'emploi à temps partiel et d'été. Pourtant, le gouvernement Ford a aggravé les choses en permettant de couper les revenus des étudiants venant de la PCUE et de la PCU sur leurs paiements du RAFEO, en prenant le loyer et l'argent de la nourriture de leurs poches.


Le budget 2019 de Doug Ford a réduit le financement du RAFEO et de l'aide financière aux étudiants d'environ 30%, et a ciblé les étudiants à faible et moyen revenu en réduisant les subventions et en augmentant le montant des intérêts que les étudiants doivent payer. Les néo-démocrates de l'Ontario ont proposé de convertir les prêts étudiants en subventions et d'éliminer l'ajout d'intérêts à la dette étudiante existante.


En plus de cela, pour aider davantage les jeunes en difficulté, le NPD exhorte le gouvernement Ford à fournir aux étudiants de niveau postsecondaire de l'Ontario un allégement direct des frais de scolarité de 1000 $ à chaque étudiant à temps plein et de 500 $ à chaque étudiant à temps partiel en raison de la pandémie, et demande au gouvernement de cesser de récupérer la Prestation canadienne d'urgence pour étudiants (PCUE) et la Prestation canadienne d'urgence (PCU) du soutien des étudiants du RAFEO. Le coût du programme d’aide que nous demandons équivaut à peu près à l’annulation d’une seule année de réduction du RAFEO par Ford.


C’est un fait que les gens apprennent mieux par l’exemple et par l’expérience. Nous voulons que nos jeunes voient notre société sous son meilleur jour et les encourageons à la donner comme tant d'autres. C’est pourquoi il est important de mettre en valeur ces bénévoles de lumière vive dans nos communautés, car ils servent de modèles importants pour nos jeunes.


J'encourage les lecteurs à considérer à nouveau l'adage selon lequel « Vous ne pouvez pas voir la forêt à cause des arbres », à la lumière de ce qui précède. Nous devons prendre un moment pour marcher dans la forêt, juste au milieu des arbres, en regardant de plus près la beauté exceptionnelle et le rôle important que chaque arbre de la forêt joue en contribuant à la vie et à la santé de la forêt et de la faune qui s'y trouvent. Considérez la contribution individuelle potentielle des jeunes que vous connaissez qui vivent au sein de votre communauté en les considérant comme un individu plutôt que de les voir tous collectivement comme un flou formant une forêt.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin