Chronique de Queen's Park

Il existe une multitude de « réalités » dans le monde, y compris certaines très désagréables qui se trouvent près de chez nous dans nos propres communautés et même dans nos propres familles. L'une des pires que nous ayons tous entendues trop souvent dans nos propres communautés est celle d'une maison familiale détruite par un incendie. C'est en soi une réalité des plus malheureuses. Mais, bien sûr, les choses peuvent toujours être pires, comme lorsque nous apprenons que la famille n'avait pas d'assurance pour les protéger. Cette situation peut avoir été choisie ou non, car parfois le revenu familial total ne peut tout simplement pas permettre une dépense comme une assurance-incendie. Cependant, il s’agit parfois d’un choix délibéré, car certaines personnes considèrent cette couverture comme inutile.


La vérité est que, comme tant de choses dans la vie, nous accordons peu d'importance aux opportunités jusqu'à ce que les choses se produisent - et nous en avons vraiment besoin. Quelque chose d'aussi simple que de ne pas avoir d'assurance-incendie peut dévaster la vie d’une famille.


La même chose peut être dite pour l'assurance maladie. Voyez simplement l’absence de programme de soins de santé universel de nos voisins américains, comme ce que nous avons ici au Canada. Si nous sommes gravement blessés ou tombons malades, quel que soit notre niveau de revenu, nous savons que nous aurons accès à certains des meilleurs soins médicaux et de santé au monde sans frais supplémentaires. Pour nos voisins américains, tomber malade ou se blesser peut anéantir pour toujours toute une famille. Si un Américain ne peut pas se permettre les coûts énormes de traitement et de soins, il doit simplement s'en passer, vivant parfois avec des douleurs constantes, des handicaps - voire la mort dans certains cas.


Heureusement, nos prédécesseurs comme Tommy Douglas, ancien premier ministre de la Saskatchewan et plus tard chef NPD fédéral, ont vu les choses différemment. Douglas croyait que toute personne, quel que soit son statut, sa couleur de peau ou son revenu, a droit à des soins de santé universels. Toutes les personnes, pas seulement celles qui ont de l'argent ou des relations, devraient avoir un accès égal à la même qualité de soins de santé.


Bien que Douglas soit reconnu comme le fondateur des soins de santé universels ici au Canada, il est important de noter qu'une telle création a nécessité la coopération et le compromis de toutes les partis et de leurs dirigeants. C’est l’exemple parfait de ce qui peut être fait lorsque les élus se concentrent sur l’amélioration de la vie des gens plutôt que sur leur réélection.


L'assurance-maladie au Canada est née il y a plus d'un demi-siècle. Lorsqu'elle a été créée au départ, Douglas, comme beaucoup d'autres, savait qu'il était essentiel au moins de lancer le programme, mais avait pleinement l'intention d'élargir le programme pour y inclure l'assurance-médicaments dans les années ultérieures. C'était il y a un demi-siècle et cela reste inachevé. Au cours des dernières années, les néo-démocrates se sont engagés à terminer les travaux inachevés du programme initial d'assurance-maladie pour inclure l'assurance-médicaments.


Il y a presque exactement un an, le chroniqueur du Toronto Star Martin Regg Cohn écrivait: « Tous ces jours et années plus tard, nous ne sommes pas plus avancés - en fait, nous sommes probablement plus en retard, car le rôle salvateur des médicaments sur ordonnance dans la lutte contre le cancer, la réglementation de la pression artérielle, le contrôle du taux de cholestérol et la modulation de la maladie mentale sont bien plus élevés aujourd'hui qu'il y a un demi-siècle. Maintenant, nous avons une assurance-maladie gratuite sans médicaments gratuits, ce qui mine l'une de nos plus grandes réussites. »


Cohn a raison. Et maintenant, il est temps pour notre génération d'achever ce fier héritage canadien.


Comme je l'ai déjà dit, personne ne pense que l'assurance est importante tant qu'il n'en a pas besoin. Maintenant que la pandémie s'accélère peut-être pour une deuxième vague qui pourrait éclipser la première, le besoin d'un régime d'assurance-médicaments est grand. Quel meilleur moment pour s'attaquer à ce problème que pendant cette pandémie, alors que nous pouvons tous voir de nos propres yeux la valeur d'un programme d'assurance-médicaments. La pandémie a montré aux Ontariennes et aux Ontariens que les assurances liées aux emplois peuvent disparaître en un instant. À l'heure actuelle, lorsque nous avons le plus besoin de garder les gens hors des hôpitaux, l'assurance-médicaments est plus importante que jamais.


Tout récemment, la députée néo-démocrate Catherine Fife a déclaré à l'Assemblée législative que le gouvernement Ford devait régler les problèmes autour des tests pour la COVID-19. Chaque soir, aux nouvelles, nous entendons parler de familles qui attendent pendant des heures, voire des jours, menant à des scènes chaotiques dans les centres de dépistage de la province. Les parents font la queue avec les bébés dans les centres de dépistage pendant toute la journée pour être refusés sans passer un test. Les gens sont frustrés et effrayés. Dans certains cas, la situation s'est détériorée au point que la police a été nécessaire pour calmer les choses.


Et voilà que nous apprenons que des entreprises privées à but lucratif proposent des tests COVID-19 à 400 $ - mais uniquement pour ceux qui peuvent se le permettre. Mais qu'en est-il de notre engagement en tant que Canadiens envers le concept de soins de santé universels? À cela, Ford a répondu: « Notre société prône le libre marché. » Doug Ford approuve pleinement les entreprises privées à but lucratif qui veulent permettre aux riches de sauter les files d'attente pendant que leurs voisins de la classe moyenne et à faible revenu les regardent marcher droit devant eux.


Nous savons que les conservateurs ont soif d'un système de santé à deux vitesses à l'américaine ici en Ontario - il suffit de demander au ministre des Soins de longue durée - mais le premier ministre pense-t-il vraiment que les familles devraient payer 400 $ pour l'échec de ce gouvernement par rapport à la COVID-19 ? Je vous parierai que la majorité des Ontariennes et Ontariens ne partagent pas le point de vue de Ford et de ses riches copains.


Nous avons entendu le gouvernement fédéral s'engager en faveur de l'assurance-médicaments universelle dans son récent discours du Trône. Cependant, il faudra bien plus que de simples mots pour y arriver. Ici, en Ontario, le gouvernement libéral a eu 15 ans pour mettre en place un régime d'assurance-médicaments et a choisi de ne pas le faire. Maintenant, nous craignons que Doug Ford fasse réellement ce qu'il dit et fasse obstacle à la création d'un régime d'assurance-médicaments qui couvre tout le monde. Son bilan est de réduire l'assurance-maladie, pas de l'élargir.


La pandémie fait des ravages dans la vie de presque tous les Canadiens et a causé un ralentissement effrayant de notre économie. Et les experts n'ont aucune idée du niveau et de la durée de ce ralentissement. Maintenant que le besoin est évident, nous avons une occasion incroyable de faire quelque chose qui fera une différence dans la vie des gens, à la fois aujourd’hui et pour les générations à venir. Nous avons un gouvernement fédéral qui adhère au concept et qui veut investir dans la santé des Canadiens.


Les néo-démocrates savent qu'un tel investissement rapportera des économies en empêchant les gens d'être malades et d'avoir à se faire soigner à l'hôpital. Cela sauvera des vies. Ne suivons pas l’exemple de ceux qui ont minimisé l’importance de la protection contre les incendies, seulement pour trouver leur famille dévastée avec peu d’espoir de se rétablir, même avec le temps. Il est maintenant temps de terminer le programme lancé par Tommy Douglas et tous les chefs de parti de son époque.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin