Chronique de Queen's Park

Quand j'étais petit, un ami de ma mère habitait à quelques portes de la rue. De ma perspective à cette époque, je pensais qu'elle était assez vieille. C’est drôle parce que, en pensant à elle aujourd’hui, j’ai maintenant le drôle de sentiment qu’elle n’était pas vraiment si vieille. Je ne peux pas imaginer pourquoi ma conception de l’âge a changé au fil des ans. Hum…


Quoi qu'il en soit, revenons à l'histoire, je me souviens qu'elle a dit à mère et moi à maintes reprises qu'elle n'avait pas besoin d'écouter la météo à la radio. Elle a dit que la raideur et la douleur qui augmentaient et diminuaient dans ses genoux et ses épaules était un baromètre plus précis pour les conditions météorologiques à venir que n'importe quel rapport des prévisionnistes météorologiques. Eh bien, après près de dix ans d’apprentissage du métier de député, j’ai moi aussi développé ma propre façon de «prévoir» l’atmosphère politique, simplement en surveillant l’augmentation et la baisse du nombre et du type d’appels téléphoniques, de courriels et de lettres que mon bureau reçoit des gens du comté. À l'heure actuelle, le baromètre de mon bureau me dit clairement que l'inquiétude, la confusion et la frustration du public sont à la hausse, en phase avec la réponse du gouvernement aux hauts et aux bas des rapports de cas de la pandémie.


Considérez l'Ontario comme un navire pendant un moment et le premier ministre comme le capitaine du navire et l’Ontario comme le plus gros navire au Canada. Chacun sait que plus le navire est grand, plus il faut de planification et de prévisions pour naviguer efficacement et en toute sécurité dans les eaux, pour le bénéfice et le plaisir de tous. Les gros navires ne peuvent pas se permettre de réagir aux situations de dernier moment. Le capitaine, son navigateur, son ingénieur et tous les officiers doivent donc avoir un plan bien à l'avance et savoir où ils vont. Non seulement ils doivent savoir, mais tout l'équipage et les passagers doivent savoir et avoir confiance dans la direction et l'itinéraire prévus. Ils doivent également savoir que le capitaine a les yeux sur le ciel, anticipant les conditions variables et communiquant le chemin à tous ceux à bord afin que chacun puisse être préparé et rendre la navigation aussi fluide et sûre que possible.


Andrea Horwath et le NPD savent que notre rôle n'est pas d'approuver toutes les politiques proposées par le gouvernement, mais plutôt d'examiner les choses d'un autre point de vue et de proposer des suggestions éclairées et positives sur la façon d'améliorer les choses pour la population de l'Ontario. Les néo-démocrates honorent notre engagement de proposer des idées, pas seulement de s'opposer.


En juin, tout le monde savait que, à l'automne, l'Ontario devrait être bien préparé pour apporter les ajustements nécessaires à l'éducation. Les responsables de la santé avaient appris de précieuses leçons telles que l'une des armes les plus efficaces dont nous disposons pour lutter contre la COVID-19 est la distanciation sociale. Tout au long de l'été, et même maintenant, le NPD a proposé d'embaucher plus d'enseignants et de prendre des mesures pour garantir l'application des protocoles de distanciation sociale. De plus, nous avons indiqué que le besoin d'accéder à Internet haute vitesse dépasserait largement sa capacité, surtout en sachant que l'application d'une distance sociale de 2 mètres dans les salles de classe ne serait en fait pas possible.


Comme je l’ai dit, vous ne pouvez pas tourner un énorme bateau de croisière en un rien de temps. Doug Ford s'est fixé comme priorité de sauver de l'argent plutôt que de sauver des vies. Lui et le ministre Lecce se sont assis les bras croisés et ont attendu le dernier moment pour réagir aux conditions qui se présentaient dans le secteur de l'éducation. Les conseils scolaires et les enseignants étaient sur le bord de leur siège en attendant les instructions du ministère jusqu'à la onzième heure.


Le gouvernement n'a pas fait en sorte que les chauffeurs d'autobus et les étudiants puissent voyager en toute sécurité en autobus et a insisté sur des charges de capacité normales. Ils n'ont pas agi pour garantir la mise en œuvre de politiques de distanciation sociale, choisissant plutôt d'entasser trop d'élèves dans les classes. Le gouvernement ne s'est pas assuré de financer ou d'embaucher suffisamment d'enseignants pour répondre à la demande de cours en ligne. Même maintenant, dans toute la province, il y a des élèves qui n'ont même pas eu d'enseignant en ligne qui leur a été assigné. Et le gouvernement n'a pas agi pour s'assurer que les familles des communautés rurales et nordiques aient accès à un service internet haute vitesse adéquat et abordable si elles craignaient d'envoyer leurs enfants dans des bus bondés dans des classes bondées sans distanciation sociale.


Le baromètre de mon bureau indique haut et fort que la population d'Algoma-Manitoulin, tout comme le reste de l'Ontario, est frustrée, fatiguée et méfiante de la direction que Doug Ford leur prend en termes de COVID-19. Les gens veulent que leur gouvernement parle et dirige avec confiance, compréhension, compassion et connaissance et planification fondées sur la science. Mais quand je regarde le nombre et le type d'appels, de courriels et de lettres que mon bureau reçoit, il est clair que les politiques fluctuantes, les messages mixtes et la mauvaise communication émanant des conservateurs de Ford entraînent une confusion et une frustration croissante.


Les conseils donnés par le premier ministre Ford lui-même au sujet de la célébration de l'action de grâce sont un excellent exemple de messages inefficaces et mixtes. La province a encore une fois changé le nombre maximum de personnes se rassemblant à 10 à l'intérieur et 25 à l'extérieur. Ensuite, le premier ministre a déclaré lors de la même séance médiatique que personne ne devrait se réunir pour le souper qui ne vivait pas sous le même toit tout le temps. Mon bureau a été inondé d'appels pour clarifier si les règles s'appliquent uniquement aux points chauds ou à l'ensemble de la province? Et puis qu'en est-il des restaurants et des bars?


Auparavant, Ford avait promis que la priorité absolue du gouvernement était la sécurité de nos enfants et qu’il fournirait tout le financement nécessaire pour garantir que le retour en classe soit sûr. Ensuite, lorsque les écoles et les conseils scolaires ont déclaré qu’ils n’avaient pas les fonds nécessaires pour ouvrir plus de classes et embaucher plus d’enseignants pour réduire les nombres, Ford a refusé les demandes de financement jusqu’à ce qu’il se rende compte que leur politique ne fonctionnait pas. Les conservateurs croient clairement que sauver un dollar est une priorité plus élevée que sauver une vie.


Ce n’est pas forcément le cas.


Depuis le début, les néo-démocrates ont proposé des idées novatrices, notamment l'ouverture d'espaces vides ou sous-utilisés dans les écoles pour créer plus de salles de classe et réduire la taille des classes. Nous disons que le gouvernement doit embaucher beaucoup plus d'enseignants, de travailleurs de l'éducation et de gardiens. Nous devons installer ou remplacer les vieux systèmes de ventilation. Et pendant des années, nous avons dit qu'il était temps d'augmenter l’accès à internet dans le Nord de l'Ontario. C’est seulement maintenant que le gouvernement commence à réaliser à quel point leur procrastination a été dévastatrice pour les habitants du Nord.


Comme des milliers de personnes à travers Algoma-Manitoulin, je dis qu’il est temps de cesser de faire de la politique avec la vie des gens. C’est pourquoi nous sommes fiers de partager le nouveau plan Sauvons les PME du NPD. C'est une proposition positive qui aidera les entreprises ontariennes et nos familles à se remettre sur pied avec l'argent qu'elles gagnent dans leurs poches plutôt que de simples enveloppes de financement de sauvetage. C'est une proposition qui gardera les entreprises ouvertes, en payant un loyer, des salaires et des impôts qui resteront dans nos communautés, garantissant confiance et croissance.


Mon baromètre me dit qu’il est temps que le gouvernement et tous les politiciens se mobilisent et fassent tout ce qu’ils peuvent pour diriger cette province vers des eaux sûres.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin