Chronique de Queen's Park

Je ne suis pas du genre à regarder beaucoup la télévision et je n'ai vraiment pas beaucoup de célébrités que je suis ou que j'admire. Mais il y a un type populaire, et un Canadien en plus, que j'aime bien. Et c'est précisément à cause de ce qu'il dit et fait. Ce n’est pas un acteur ou un athlète, mais plutôt un type ordinaire qui a franchi les échelons dans la vie, simplement en « faisant les choses correctement ». Avec ce petit indice, vous avez peut-être compris que je parle de Mike Holmes, le personnage central de plusieurs spin-offs télévisées produites par Make it Right Productions.


Selon moi, je trouve qu’il est presque impossible d'argumenter avec la philosophie de Holmes sur faire les choses correctement. Si vous faites les choses correctement la première fois, il n'est pas nécessaire de tout recommencer ou de le réparer plus tard. En vérité, il est en fait plus rentable et efficace de bien faire les choses du premier coup.


Cette semaine, notre caucus néo-démocrate a tenu une réunion virtuelle pour obtenir des mises à jour sur la situation actuelle de la pandémie et discuter de diverses propositions sur la façon dont nous pouvons aider les Ontariennes et Ontariens à traverser cette épreuve en bonne santé et indemnes. C'est après cette réunion que je me suis rendu compte que Doug Ford et son gouvernement feraient bien de suivre les conseils de Mike Holmes. « Faîtes-le bien la première fois. » Je dis cela parce qu'après avoir regardé les tendances actuelles et la direction que prennent les choses, il semble clair que depuis le début et même maintenant, Doug Ford choisit les demi-mesures. Il a l'habitude d'écouter les lobbyistes, les initiés et ses amis, et d'ignorer les solides conseils d'experts de la santé qui sont basés sur des données scientifiquement étayées.


Chaque Ontarienne et Ontarien doit faire sa part pour arrêter la propagation de la COVID, mais nos efforts sont vains si le gouvernement Ford continue de refuser des soutiens significatifs et n'offre qu'à la place un ordre de confinement regorgeant d'échappatoires et d'exemptions contradictoires.


Afin de ralentir la propagation de la COVID-19, Doug Ford doit faire compter ce confinement. À l'heure actuelle, tous les Ontariennes et Ontariens savent bien ce que le gouvernement fait - ou ne fait pas - pour tenter d'éviter cette pandémie croissante. Il n’y a aucune preuve que la dernière ordonnance de confinement soit différente des semaines précédentes - c’est une demi-mesure, selon laquelle les gens décident eux-mêmes de ce qui est essentiel, et des milliers de personnes supplémentaires tombent malades chaque jour.


La vérité est cependant que nous ne sommes pas totalement à la merci de ce virus. Il y a des mesures précises qui peuvent être prises, à condition que le gouvernement ait la volonté d'agir et de faire le travail correctement.


D'une part, nous devons garantir des jours de maladie aux Ontariennes et Ontariens qui travaillent. Pour d'innombrables travailleurs essentiels, prendre congé parce qu’ils sont malades signifie que leur famille va se coucher le ventre vide. Ils ne peuvent tout simplement pas se permettre de manquer des quarts de travail. Doug Ford a réduit les deux maigres journées de maladie payées en Ontario à zéro et refuse maintenant de donner aux Ontariens des jours de maladie payés pendant la COVID-19, car il ne veut pas dépenser plus pour nous, les travailleurs ordinaires qui font fonctionner cette province.


Dans une récente mise à jour de la modélisation de la COVID-19, la Dr Barbara Yaffe et le Dr Adalsteinn Brown n'auraient pas pu être plus clairs. Ces spécialistes de la santé ont dit aux Ontariennes et Ontariens que sans les congés de maladie payés et le soutien aux travailleurs, il ne serait pas possible de contrôler le virus. Dans quelle mesure un message peut-il être plus clair?


Le NPD a présenté au gouvernement de nombreuses propositions qui seraient très efficaces pour nous aider à traverser cette situation. Le NPD a proposé des plans tels que la mise en œuvre de congés de maladie payés, le paiement des propriétaires de petites entreprises lorsqu'ils interrompent leurs activités, l'ouverture de plus de centres d'auto-isolement, l'interdiction de toutes les expulsions de logement, la restriction des déplacements non essentiels entre les régions et l'envoi de plus de capacités de dépistage et de recherche directement dans les lieux de travail et les quartiers sensibles. Nous croyons aussi fermement que nous pouvons et devons recruter des milliers de travailleurs des soins de longue durée avec des salaires plus élevés et une formation en cours d'emploi, comme l'ont fait la Colombie-Britannique et le Québec.


Et que fait le gouvernement pour protéger ceux qui sont là jour après jour pour nous protéger? Le gouvernement Ford doit fournir des jours de maladie payés et une couverture présumée à la CSPAAT pour les travailleurs de première ligne pendant la pandémie, après que le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a révélé que les ambulanciers paramédicaux dans certaines régions se voient refuser les demandes de la CSPAAT malgré leur exposition à la COVID-19 pendant leur emploi. Certains tombent malades à cause de leur travail. Ils travaillent en première ligne pour nous protéger. Le moins que nous puissions faire est de garantir qu’ils auront des jours de maladie payés et seront couverts par la CSPAAT s’ils sont exposés au virus. Nos ambulanciers paramédicaux et tous les travailleurs de la santé de cette province devraient avoir une couverture présumée et ne devraient jamais être obligés de prouver qu'ils ont contracté la COVID-19 au travail.


Ce n'est pas le moment pour le gouvernement de rester les bras croisés alors que le retour de l'enseignement en classe arrive. Nous devrions déjà avoir des plans meilleurs et plus efficaces. Il ne suffit pas de rouvrir les écoles. Nous ne pouvons pas répéter les erreurs des derniers mois. Ne vous contentez pas de rouvrir les écoles; faites-les ouvrir en toute sécurité. Le NPD a proposé de mettre en place un solide programme de dépistage de la COVID-19 à l'école avant le retour des élèves et du personnel. Nous devons limiter les classes à 15 élèves et travailler dès maintenant pour améliorer la ventilation - pas dans des années. Et nous demandons d'accorder aux parents des journées de garde familiales payées pour rester à la maison avec des enfants malades, afin qu'ils n'envoient pas involontairement un enfant infecté par le virus à l'école parce qu'ils n'ont pas les moyens de rester à la maison avec eux.


Nous devons améliorer la distribution des vaccins et les acheminer beaucoup plus rapidement aux Ontariennes et Ontariens les plus vulnérables dans les établissements de soins de longue durée et collectifs de la province. Doug Ford ne peut pas simplement s’asseoir et attendre que le vaccin nous sauve pour éviter de dépenser pour l’aide dont nous avons besoin maintenant. Cela ne fonctionnera tout simplement pas.


Doug Ford est assis sur un paquet d'argent fourni par le gouvernement fédéral il y a des mois et qui devrait être utilisé maintenant - pour « bien faire les choses - du premier coup ». Il n’est pas seulement inefficace et coûteux d’économiser de l’argent à dépenser plus tard en sachant qu’il en coûtera plus pour réparer les choses plus tard, car la pandémie a été prolongée par l’inaction de Ford et ses économies à la sauvette.


L'auteur et philosophe Henry David Thoreau a écrit: « Ceux qui ont été élevés à l'école de la politique échouent maintenant et toujours à faire face aux faits. Leurs mesures ne sont que des demi-mesures et de fortune. »


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin