Chronique de Queen's Park

En tant que député débutant alors que je me faisais les dents sur les nombreux défis qu'impliquait d'aider les électeurs à se frayer un chemin à travers les réseaux et labyrinthes bureaucratiques, l'une des leçons les plus difficiles à tirer était qu'en matière de politique et de bureaucratie, il semble que le les roues tournent imperceptiblement lentement le plus souvent. Je ne pouvais pas croire combien de semaines il faudrait pour recevoir une réponse d'un ministère à ce qui semble être une question relativement simple. Malgré les nombreux appels et courriels de mon personnel et moi-même pour rappeler aux fonctionnaires que nous attendons leur réponse, le délai semble parfois excessivement long. Il est déjà assez difficile pour mon équipe et moi de comprendre pourquoi c'est le cas, mais les électeurs trouvent cela presque impossible à comprendre.


Eh bien, à mon avis, c'est une chose lorsqu'un ministre ou un bureaucrate tarde à répondre à un homologue ou à un député, mais négliger les préoccupations, les difficultés et parfois les souffrances de nos électeurs est tout à fait inacceptable. La vue depuis un bureau dans une tour juste aux environs de Queen's Park ne ressemble en rien à celle de l'individu qui n'a aucun moyen de payer les frais de déplacement associés à un traitement médical, qui n'a pas les moyens de payer ses factures d'électricité ou qui s’est blessé au travail et s'est vu refuser une indemnité d'assurance pour la sécurité professionnelle.


Un avantage que j'ai est que j'ai un siège au premier rang aux deux niveaux. J'ai vu le regard sur le visage du père alors qu'il essaye de réconforter un enfant qui a froid et faim, et je comprends le fardeau de ceux qui travaillent depuis leurs perchoirs bureaucratiques.


Un des problèmes que mes collègues et moi-même traitons de plus en plus concerne les appels à l'aide des travailleurs de la santé de première ligne et des soins de longue durée qui ont été salués comme de véritables héros de notre société moderne. Pour être clair, ces personnes sont des héros - aucun doute à ce sujet. Mais il semble que les conservateurs de Ford aient du mal à s'exprimer sur les sacrifices incroyables que ces travailleurs font et à tenir leurs promesses de récompenser leurs efforts comme promis.


Cette semaine encore, Jamie West, député provincial de Sudbury, a demandé au ministre des Soins de longue durée Merrilee Fullerton et au premier ministre Ford pourquoi les travailleurs des établissements de soins pour personnes âgées ici même dans le Nord de l'Ontario attendent depuis six mois pour recevoir leurs commandes de masques N95 et d'EPI dont ils ont grand besoin pour les protéger du virus dont souffrent beaucoup de leurs patients. À l'Assemblée législative, Jamie West a déclaré: « À Sudbury, la première vague de COVID-19 a causé la perte d'une vie à St Joseph's Continuing Care. Bien que le ministre des Soins de longue durée continue d'affirmer que les foyers de soins de longue durée disposent des EPI dont ils ont besoin, Jo-Anne Palkovits, chef de la direction de l'hôpital de soins continus complexes St-Joseph et de deux foyers de soins de longue durée, a tenté de reconstituer leur stock de masques N95 depuis juin. Six mois se sont écoulés et St-Joseph n’a toujours pas l’EPI dont il a besoin. »


Pensez-y. Nous ne parlons pas de remplacer les chaises de bureau grinçantes ou de remplacer un ordinateur plus ancien qui ne peut pas traiter aussi vite qu’auparavant. Nous parlons d’avoir accès à des masques et à des équipements qui sauveront la vie de ces travailleurs. Tous les Ontariens et Ontariennes ont le droit de travailler dans un environnement sécuritaire. Pourquoi les travailleurs des soins de longue durée n'obtiennent-ils pas seulement ce à quoi ils ont droit, mais ce dont ils ont en fait BESOIN pour rester en santé et en sécurité?


France Gélinas, députée de Nickle Belt et porte-parole du NPD en matière de santé, a également soulevé une question au nom de l'Ontario Nurses Association (ONA). Elle a déclaré que l'ONA avait écrit au médecin-hygiéniste en chef de l'Ontario pour déclarer que l'Ontario n'avait toujours pas mis à jour les directives de santé publique pour reconnaître le risque d'aérosol que présente la COVID, malgré le fait que cela faisait presque deux mois que le Centre de contrôle des maladies avait reconnu que la COVID pouvait se répandre par aérosol dans l'air, et un mois depuis que Santé publique Canada a mis à jour sa directive.


« Dès le début, le gouvernement Ford a refusé d'utiliser le principe de précaution; la recommandation numéro un du SRAS. Depuis lors, 9 554 travailleurs de la santé ont été infectés et huit travailleurs des soins de longue durée sont morts de la COVID-19. » La science a maintenant prouvé sans aucun doute que le coronavirus se transmet par aérosol. Cela signifie que nos travailleurs de la santé de première ligne ont besoin de masques N95 ou mieux lorsqu'ils s'occupent de personnes suspectées ou infectées.


« Quand ce gouvernement va-t-il écouter la science, écouter les experts en santé publique et mettre à jour sa directive sur la transmission de la COVID-19? »


Il est également assez ironique que ce problème de pénurie de masques existe ici dans le Nord de l'Ontario. Dent-X Canada s'est associé à FN Procurement Incorporated pour établir une nouvelle usine de fabrication d'EPI à Wiikwemkoong sur l'île Manitoulin, qui produit les masques N95. Une autre opération similaire ouvrira dans la Première Nation de Sagamok dans un très proche avenir. Pourtant, le gouvernement Ford ne peut pas fournir un établissement de soins de longue durée situé à seulement une centaine de kilomètres?


En plus de ne pas répondre aux besoins en équipement de protection du lieu de travail de nos héros de première ligne, le gouvernement Ford n'a pas tenu ses promesses de fournir un soutien pour compléter les bas salaires de ces travailleurs dévoués. À l'époque où la première vague de la pandémie a commencé, les Ontariens, comme de nombreux Canadiens, se sont unis pour reconnaître ces personnes extraordinaires en organisant des défilés autour des installations, en alignant les rues avec des pancartes et des cloches et en faisant claquer des casseroles pour dire merci. Puis, après beaucoup d'incitation et de pression, Doug Ford a finalement accepté de reconnaître les efforts des travailleurs avec une prime de salaire en cas de pandémie. Malgré promesse après promesse, l'argent arrivait, Ford a continué à tenir sa promesse. Mais à ce jour, personne n'a vu un sou de cet argent.


Puis, en octobre, M. Ford a annoncé une augmentation temporaire des salaires pour les préposés aux bénéficiaires du secteur public. Maintenant, nous sommes en décembre, et l’argent n’a toujours pas été transféré du gouvernement Ford aux travailleurs.


Le gouvernement Ford n'a fourni aucune information sur le moment où les travailleurs recevront leur augmentation de salaire promise. Personne ne semble savoir quoi que ce soit sur la date à laquelle l'argent de nos héros de la santé arrivera. Les travailleurs sont déçus. Les employeurs sont frustrés. Après avoir attendu leur soutien promis, les gens veulent juste savoir à quand ces travailleurs peuvent s'attendre à cette augmentation temporaire.


Il est grand temps pour Doug Ford de faire preuve de leadership et de tenir ses promesses.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin