Chronique de Queen's Park

Dernièrement, j’ai passé beaucoup de temps à réfléchir au bien-être général des jeunes de l’Ontario alors que le monde essaie de trouver les bonnes voies pour faire face à la multitude de problèmes soulevés par la pandémie. Il y a un an, si vous m'aviez demandé d'énumérer toutes les façons dont une éventuelle pandémie mondiale aurait pris pied ici en Amérique du Nord, il est vrai que ma liste serait réduite à ce que je dirais maintenant. Il y a un an, si j'avais énuméré les effets d'une pandémie sur nos enfants et nos jeunes, la majeure partie de ma liste aurait été généralement axée sur leur santé physique. J'aurais probablement inclus l'éducation dans une certaine mesure, mais je pensais principalement à l'absence d'école parce qu'ils étaient malades ou parce que les enseignants étaient absents.


Alors que mes pensées sur les jeunes de l'Ontario se sont aventurées dans les nombreuses possibilités différentes, il m'est venu à l'esprit que, à certains égards, lorsqu'il s'agit de comprendre les gens, les jeunes sont bien meilleurs. Je suis arrivé à la conclusion que l’une des méthodes les plus efficaces dont disposent les enfants pour déterminer les véritables valeurs et objectifs d’une personne consiste à accorder moins d’attention à ce que disent les adultes et à se concentrer plutôt sur ce qu’ils font.


Par exemple, un adulte peut se donner beaucoup de mal pour s'assurer que ses enfants apprennent l'importance d'être poli et respectueux envers les autres. Les adultes peuvent même faire un effort pour modéliser un tel comportement. Les enfants peuvent voir et entendre ce que les parents font et disent en de telles occasions. Mais le moule est en fait mis en place dans d'autres occasions de la vie réelle où ils observent ou entendent leurs parents être impolis, répondre ou manquer de respect aux autres qu'ils voient jour après jour en travaillant, en faisant du magasinage, à l'arèna ou en conduisant dans la rue - occasions où les adultes s'attendent le moins à être observés.


À cet égard, les enfants ont tout sur les adultes pour déterminer les véritables valeurs et objectifs d’une personne. Nous, les adultes, pouvons apprendre une chose ou deux de nos jeunes à cet égard.


Les gouvernements sont un sujet d'étude parfait pour prouver l'exactitude de cette méthode ou de cet apprentissage. Nous savons tous que les gouvernements sont réputés pour faire des déclarations et promouvoir des plateformes qui, selon eux, répondront à des besoins et des objectifs particuliers. Tous les gouvernements ont ce que l'on appelle des « spin-doctors » - des experts qui peuvent donner une tournure favorable à l'interprétation des événements pour amener le public à voir les choses du point de vue particulier que le parti soutient.


Par exemple, un gouvernement peut promouvoir ses politiques, faisant de la protection de l'environnement l'une de leurs valeurs les plus importantes et une priorité politique. Ils se donnent beaucoup de mal pour expliquer tout ce qu'ils ont fait ou feront pour garantir que notre faune, nos terres, nos eaux et notre air seront en sécurité et protégés pour toutes les générations à venir.


C'est ce fait qui rend un parti d'opposition fort si important dans une démocratie. Il est du devoir de l’opposition d’examiner les politiques et les problèmes sous un angle différent et sous des perspectives différentes, notamment régionales, culturelles, économiques et environnementales. Je suis fier du succès que mes collègues néo-démocrates et moi avons eu dans l'accomplissement de ce devoir de manière constructive et positive. Nous ne nous opposons pas, mais proposons des alternatives réalistes et viables.


Depuis son élection, Doug Ford a répété à maintes reprises l'importance de l'environnement pour la sécurité, la santé et la prospérité de tous les Ontariens. Mais prenons une leçon de nos jeunes et voyons si ce que disent les conservateurs de Ford correspond à ce qu’ils font réellement.


Pour commencer, à trois reprises, Doug Ford a essayé de permettre le développement de la Ceinture de verdure dans le Grand Toronto en essayant de passer à travers des changements de zonage qui permettraient à de nombreux de ses amis et supporters qui sont des entrepreneurs et des promoteurs de construire d'énormes projets de logement et commerciaux au-dessus de ces précieuses zones qui ont été mis de côté pour des générations. Quand Ford a été attrapé à chaque fois, il essaie juste de le glisser sous le tapis et de dire que les rumeurs n'ont aucun fondement.


Les Ontariennes et Ontariens se rappelleront également que l'une des toutes premières actions des conservateurs a été de déchirer le programme de la bourse sur le carbone que l'Ontario avait conclu avec le Québec et la Californie sous la direction des libéraux. La rupture de ce contrat a coûté aux Ontariennes et aux Ontariens une pénalité énorme ainsi que la perte de revenus qui avaient été consacrés au paiement des réparations et des rénovations dont nos écoles vieillissantes avaient grand besoin.


En plus de déchirer l'accord sur la bourse du carbone, Ford a continué à payer pour faire démolir de nouveaux parcs éoliens à énergie verte, il a arraché les bornes de recharge de véhicules électriques nouvellement installées, puis a décimé le budget alloué pour les changements climatiques et la résilience à seulement 20,8 millions de dollars dans le budget 2020-2021 - réduit par rapport aux 2 milliards de dollars d'origine. Il semble maintenant que Ford dépensera moins pour lutter contre la crise climatique actuelle qu'il ne dépensera devant les tribunaux pour défendre sa destruction de l'environnement.


Maintenant, Ford recommence.


Récemment, les conservateurs ont glissé dans le projet de loi budgétaire omnibus sur la COVID-19, la suppression de la section 6 qui en fait enlève le pouvoir de décision aux offices de protection de la nature et le donne au ministre et au Cabinet. Cela permet à un ministre de passer outre les offices de protection de la nature de l’Ontario qui fondent leurs décisions sur la science plutôt que sur l’économie politique ou commerciale.


Les 36 offices de protection de la nature de l’Ontario sont là pour protéger nos milieux humides, la faune, les plaines inondables et les sources d’eau. Ils ne sont pas là uniquement pour protéger la nature et la beauté naturelle. Ils sont là pour protéger les gens contre des dangers tels que les inondations, les maladies et la contamination de nos approvisionnements en nourriture et en eau tout en tenant compte de la croissance économique nécessaire. Les autorités sont conçues pour adopter une approche pleinement équilibrée, fondant les décisions sur la science et non sur la politique.


Les modifications du projet de loi permettront à un ministre de passer unilatéralement aux décrets ministériels de zonage (DMZ), en décidant sur un caprice politique comment les terres doivent être zonées. En fait, au cours de la seule année écoulée, le ministre a émis 38 DMZ, qui dans de nombreux cas se trouvent sur des terres écologiquement sensibles sur lesquelles l'aménagement ne serait normalement pas autorisé. 38 DMZ en un an, c'est plus que tous les DMZ de la décennie précédente. Il est intéressant de noter que 19 des DMZ continueraient à bénéficier financièrement aux donateurs et partisans influents du Parti conservateur.


Les amendements au projet de loi sont si incroyablement flagrants qu’ils ont incité le président du Conseil de la ceinture verte de l’Ontario, David Crombie, et six autres membres du conseil à présenter leur démission immédiate. L'une des membres de ce conseil, Deborah Martin-Downs, a déclaré: « Il est désormais clair que la direction du gouvernement… est une attaque flagrante contre la conservation, l'environnement et la gouvernance transparente. »


Quelque chose ne va pas avec cette image. Les Ontariennes et Ontariens méritent des explications, alors que les alliés et les soutiens politiques de Doug Ford reçoivent d’énormes avantages financiers, mais que les familles de travailleurs ordinaires en paient le prix, en détruisant l’environnement qui les entoure.


À bien des égards, il s’agit de l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Il nous incombe non seulement de faire ce qui est juste et dans le meilleur intérêt des Ontariens dès maintenant, mais également pour nos enfants et petits-enfants.


Prenons une leçon de nos enfants et accordons plus d’attention à ce que font nos politiciens et moins à ce qu’eux et leurs spécialistes nous disent.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin