Chronique de Queen's Park

Les lecteurs réguliers de cette chronique savent bien à quel point je me sens chanceux d'avoir l'honneur de représenter la population d'Algoma-Manitoulin depuis ma première élection en 2011. Je peux honnêtement dire qu'au fil du temps, je trouve que la liste des raisons d'aimer mon travail ne cesse de s'allonger. Aider les gens est la meilleure partie de mon travail. Et je peux vous dire que toute mon équipe est tout à fait d’accord qu’une bonne journée est celle où vous savez que vous avez fait une différence dans la vie de quelqu'un.


Si vous êtes quelqu’un qui préféré le 9 à 5, la politique n'est pas une bonne carrière pour vous. C'est exactement la même chose que tant d'autres domaines tels que la médecine, le droit, l'éducation et les intervenants d'urgence. Ces professionnels ont mis les heures nécessaires sans aucun doute. Aucun pompier, médecin ou chauffeur de l'entretien routier hivernal ne lève les yeux lorsque leurs plans sont soudainement modifiés au dernier moment. Cela fait partie du travail.


En tant que politicien, je sais que nous pouvons nous attendre à passer la nuit à Queen’s Park chaque fois que le besoin se fait sentir - et c’est souvent le cas. Nous savons également que lorsque la province traverse une crise, nous devons nous attendre à rester au travail pendant des semaines à la fois, à rester en session pendant les mois d'été ou à être rappelé plus tôt que prévu. Mais cela fait juste partie du travail.


Et c'est pourquoi cela me trouble qu'à un moment où l'Ontario est en pleine crise pandémique, qui va clairement de mal en pire, Doug Ford décide que l'Assemblée législative devrait faire relâche plus TÔT pour les vacances de Noël. Je veux dire, vraiment monsieur Ford - êtes-vous inconscient de l'incroyable situation financière et de santé que vivent des milliers de familles et de propriétaires d'entreprise en Ontario?


Doug Ford a décidé de prendre congé au plus fort de la pandémie. Le moment est venu où les députés devraient rester à l'Assemblée législative et travailler pour utiliser efficacement les 12 milliards de dollars de financement pour la COVID-19 que Doug Ford a refusé à la population de l'Ontario. Il semble que chaque semaine, de nouveaux sommets soient atteints pour le nombre de tests positifs quotidiens et, pire encore, pour les décès.


Des écoles entières et des foyers de soins de longue durée sont fermés. Ma collègue Monique Taylor, qui représente Hamilton-Mountain, a annoncé il y a quelques jours qu'au foyer de soins de longue durée Grace Villa de sa circonscription, 20 vies ont déjà été perdues et qu'au moins 177 résidents et employés sont infectés par le virus. Monique a ajouté que juste une semaine après avoir écrit au ministre des Soins de longue durée au sujet de cette situation incontrôlable, plus de 50 cas supplémentaires de résidents et d'employés ont été signalés. Il s'est étendu d'un seul étage à tous les étages de la maison.


Pourquoi Doug Ford n’a-t-il pas fait son travail pour essayer de sauver ces personnes vulnérables? On aurait pu faire quelque chose.


Oui, le virus se serait propagé et continuera de se propager, mais quelque chose aurait pu être fait pour éviter un niveau de propagation aussi catastrophique. Des catastrophes à Grace Villa et dans d'autres installations auraient pu être évitées. Les problèmes de personnel, d'EPI et d'assainissement dans certaines maisons ne sont pas nouveaux. Le problème est que les difficultés sont les mêmes que ceux qui ont été exposés lors de la première vague de la pandémie. Au lieu d'apprendre de la première vague, Ford choisit volontairement de s'asseoir sur 12 milliards de dollars de fonds pour la COVID-19 non dépensés qui pourraient être utilisés pour protéger les résidents et le personnel dès maintenant.


Ford ne veut pas dépenser d’argent, alors il brandit un drapeau blanc dans la lutte contre la COVID. Le plan des conservateurs consiste simplement à attendre qu'un vaccin entre en vigueur. Ce n'est pas un plan.

Le NPD ne se contente en aucun cas de rester les bras croisés et de simplement observer et offrir ses condoléances. Nous avons proposé au gouvernement une approche positive sous la forme de notre stratégie d’après-vacances pour contrôler ce virus dans nos communautés afin de prévenir davantage d'épidémies dans nos foyers de soins de longue durée et nos écoles. Mais nous devons agir maintenant, avant que davantage de familles n'aient à subir la perte dévastatrice d'un être cher qui aurait pu être évitée.


L'autre jour, il a été annoncé que plus de 7 000 étudiants et membres du personnel avaient contracté la COVID-19, dont 170 autres signalés cette même semaine. Il y a quelques jours à peine, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, tentait de minimiser le risque pour les enfants en disant que 90% des élèves ne sont pas malades. Maintenant, le gouvernement dit qu'il pourrait simplement arrêter tout le système.


Les parents, les enfants et le personnel méritent un plan bien plus sophistiqué que le simple fait d’être ouvert ou fermé. Il reste des mois à vivre dans cette pandémie. Nous avons besoin d'une stratégie qui ne se limite pas à l'observation et à la réactivité. Nous avons besoin d'un plan en place dès maintenant, avant la reprise des cours après les vacances, qui protégera les enfants jusqu'à ce que ce cauchemar pandémique soit terminé.


Par exemple, le NPD réclame un vaste régime de tests pour les personnes asymptomatiques dans les écoles, la taille des classes plafonnée à 15 élèves, les bus plafonnés à 50 pour cent de capacité et une meilleure ventilation dans les écoles. Le plan de Doug Ford de s’asseoir et d’attendre un vaccin est la preuve qu’il n’a aucun plan. Et c’est une stratégie qui coûte cher à nos familles. L'approche adoptée par le gouvernement de l'Ontario doit changer. Nous pouvons et devons être plus proactifs et innovants.


Nous aurions déjà dû embaucher des milliers d'employés et d'experts en contrôle des infections supplémentaires pour les foyers de soins de longue durée. Nous devrions avoir plafonné la taille des classes et nous devrions faire des tests généralisés à l'école. Nous aurions également dû agir pour nous assurer que tous les travailleurs ont tous des jours de maladie payés afin d'arrêter la propagation de la COVID sur les lieux de travail.


Les néo-démocrates ont publié leur plan pour passer à un système de soins de longue durée entièrement public sans sociétés à but lucratif, qui comprend 50 000 lits de plus, des milliers d'employés de plus et des maisons plus petites qui ressemblent davantage à des maisons familiales.


Ceux d'entre vous d'un âge particulier se souviendront de l'émission télévisée western Gunsmoke. Ces téléspectateurs attesteront que le maréchal Matt Dillon n'a pas réglé les problèmes en « sortant de Dodge ». Il est resté dans les parages et a géré la situation.


Doug Ford ferait bien de suivre une leçon de Marshall Dillon et de rester au travail pour protéger la population de l'Ontario.


Comme toujours, n'hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin